Top Menu

Les sites PV en autoconsommation seront équipés de compteurs Linky dès début 2017

ERDF vient de décider le déploiement accéléré des compteurs Linky pour toutes les nouvelles installations photovoltaïques de moins de 36 kVA visant l’autoconsommation de l’électricité produite, qui seront équipées au plus tard en janvier 2017. Pour Enerplan, ceci va rendre gratuit le raccordement en autoconsommation avec injection du surplus pour la quasi-totalité des cas.

Cette annonce était demandée par les professionnels, qui étaient tous montés au créneau après la publication de la convention d’autoconsommation (voir notre article). Divers groupements comme le GPPEP, qui regroupe les particuliers producteurs, ou les syndicats d’industriels comme le SER et Enerplan s’y étaient tous vivement opposés. Une pétition du GPPEP avait notamment réuni près de 1000 signatures, et ses adhérents ont inondé le ministère de courriers demandant la modification de la convention.

Selon ERDF, le volume de compteurs produits aujourd’hui permet de couvrir les zones de déploiement et sera suffisant pour répondre également aux demandes de raccordement au plus tard début 2017. Le gestionnaire de réseau de distribution d’électricité n’avait initialement pas prévu de déployer de façon généralisée le compteur Linky avant 2018*. Mais le syndicat professionnel Enerplan a pointé du doigt la méconnaissance d’une obligation réglementaire par le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité aboutissant à une inégalité de traitement des consommateurs (voir notre article).

Le compteur Linky mesure aussi bien l’électricité solaire injectée sur le réseau que l’électricité soutirée du réseau. En équipant les installations PV en autoconsommation, il évitera la mise en place aux frais du producteur d’un deuxième compteur comme c’est le cas aujourd’hui. Cela permettra d’effacer le coût de raccordement en injection du surplus pour la quasi-totalité des cas d’installations, une économie qu’Enerplan estime en moyenne à 600 euros. « Notre argumentation juridique aura sans doute convaincu ERDF qu’il fallait accélérer la transition énergétique de façon concrète », déclare Laetitia Brottier, vice-présidente d’Enerplan.

Pour le syndicat des énergies renouvelables (SER), la décision d’ERDF lève un frein majeur au développement de l’autoconsommation solaire photovoltaïque dans les secteurs du résidentiel et du petit professionnel. L’autoconsommateur s’inscrira dans un dispositif où l’électricité produite est consommée en tout ou partie sur place si sa production n’excède pas sa consommation et où le surplus est acheminé vers le réseau pour être consommé ailleurs. Deux schémas d’autoconsommation de l’électricité solaire coexistent aujourd’hui, avec des freins technico-économiques dans les deux cas : l’autoconsommation totale sans injection du surplus sur le réseau, qui peut limiter la puissance de l’équipement ou nécessiter la pose d’un dispositif de bridage ; et l’injection du surplus et sa vente le cas échéant, qui oblige le producteur-consommateur à installer, à ses frais, un second compteur, pour comptabiliser les kWh injectés sur le réseau. « Le déploiement anticipé de Linky chez les autoconsommateurs est LA solution », déclare Arnaud Mine, président de SER-Soler, la branche photovoltaïque du SER.

Pour autant, le GPPEP considère, pour sa part, que la partie n’est pas totalement gagnée et continue à se battre contre le Turpe associé à l’autoconsommation, et donc pour une injection sans surcoût des surplus qui seront toujours minimes, ainsi que pour une remise à plat des exigences du Consuel.

*Le déploiement du compteur communicant Linky s’achèvera en 2021 sur l’ensemble du territoire métropolitain chez les clients consommateurs ayant souscrit une puissance inférieure à 36 kVA.

, , , , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This