Sélectionner une page

Les énergies renouvelables peuvent remplacer le gaz russe dans l’UE d’ici à 2028

Les énergies renouvelables peuvent remplacer le gaz russe dans l’UE d’ici à 2028

L’Union Européenne pourrait remplacer le gaz naturel russe par des technologies vertes d’ici 2028, selon un nouveau rapport de l’Oxford Sustainable Finance Group, qui fait partie de la Smith School of Enterprise and the Environment de l’Université d’Oxford. Il estime que jusqu’à 90% des investissements supplémentaires requis, en plus des dépenses actuellement prévues pour le Green Deal européen, pourraient être récupérés au cours des trente prochaines années en éliminant le besoin d’acheter du gaz.

L’investissement total pour remplacer le gaz russe d’ici 2028 s’élèverait à 811 milliards d’euros, répartis entre les énergies renouvelables pour 706 milliards d’euros et les pompes à chaleur pour 105 milliards d’euros. Ce montant comprend les dépenses déjà prévues de 299 milliards d’euros dans le cadre du « Green Deal » de l’UE et un investissement supplémentaire de 512 milliards d’euros dans les énergies renouvelables et les pompes à chaleur.

En réponse à l’invasion illégale de l’Ukraine par la Russie, l’Union Européenne a mis en place des mesures d’urgence (RePowerEU) pour éliminer sa dépendance à l’égard de la Russie comme source de gaz naturel d’ici 2028. La nouvelle analyse étudie le coût du remplacement complet de ce gaz pour l’électricité et le chauffage par de l’énergie éolienne et solaire, plutôt que de remplacer l’approvisionnement par des combustibles fossiles d’autres pays.

Étant donné que le gaz russe représentait environ la moitié de l’approvisionnement en gaz naturel de l’UE en 2021, cela aurait un impact positif significatif sur la sécurité énergétique et la décarbonation, selon les auteurs.

« La transition du gaz russe vers une énergie propre est non seulement réalisable, mais offre de multiples avantages. Remplacer le gaz naturel par l’énergie éolienne et solaire élimine la nécessité de payer pour le gaz à l’avenir. En éliminant la dépendance à l’importation d’un combustible fossile dont les prix et l’offre sont volatils, l’UE peut atténuer les problèmes de sécurité énergétique, résoudre la crise du coût de la vie par le biais des coûts de l’énergie et faire progresser ses objectifs pour atteindre zéro émission nette et lutter contre la crise climatique », déclare le Dr Gireesh Shrimali, co-auteur du rapport et responsable de la recherche sur le financement de la transition au Oxford Sustainable Finance Group.

Le rapport propose les changements politiques nécessaires pour permettre cette transition. Fondamentalement, des fonds publics et privés devront être disponibles pour réaliser le déploiement à grande échelle des énergies renouvelables et des pompes à chaleur. Les auteurs suggèrent également un soutien politique ciblé pour les investisseurs, notamment par le biais d’enchères améliorées pour l’énergie solaire et éolienne à grande échelle et la résolution des problèmes d’autorisation, le déploiement rapide de panneaux solaires sur les toits et l’augmentation du soutien à l’isolation et à l’installation de pompes à chaleur.

A titre d’exemple, la France utilise 52% de son gaz pour le chauffage commercial et domestique, mais importe modérément 30% de son gaz de Russie. La majeure partie de son gaz provient de voisins européens tels que les Pays-Bas et la Norvège, ainsi que de l’Algérie et du Nigeria. La France devrait remplacer le gaz russe pour le chauffage d’ici 2026 malgré ses taux de déploiement d’énergies renouvelables terrestres inférieurs à ceux de l’Allemagne. Cependant, en raison d’un parc de pompes à chaleur croissant nécessitant plus d’électricité renouvelable, le gaz russe pourrait être remplacé par de l’électricité renouvelable après 2030. Compte tenu de l’exploitation relativement faible de ses terres viables, la France aurait tout à gagner à éliminer le gaz russe plus rapidement en utilisant son électricité renouvelable, estime le rapport. La France utilise 4% de la superficie terrestre disponible pour le déploiement d’énergies renouvelables et 1% des ressources éoliennes potentielles en mer du Nord.

Télécharger le rapport

RTR : Race to Replace EGD : European Green Deal

INSCRIPTION NEWSLETTER

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This