Top Menu

Nicolas Hulot démissionne de son poste de ministre de l’écologie !

En annonçant sa démission ce matin sur France Inter, Nicolas Hulot a largement expliqué sa décision de quitter son poste de ministre de l’écologie en des termes chargés de déception mais aussi de dureté envers l’action du gouvernement en place. En fustigeant les « petits pas » et les compromissions en tous genres, il a mis l’accent sur l’écart entre ce qui a été fait et ce qu’il faudrait voire aurait fallu faire, pour le climat, pour l’environnement, pour la biodiversité, pour l’évolution du bouquet énergétique. Sur ce dernir point, d’importantes décisions sont imminentes, notamment la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour la période 2019-2023. Réactions choisies …

Pour visionner l’intégralité de son intervention sur France Inter, cliquer ici

Globalement, le bilan dans le domaine de l’énergie renouvelable peut apparaître positif si l’on s’en tient aux intentions. Pour le photovoltaïque par exemple, le programme #PlaceAuSoleil lancé par le gouvernement au début de l’été vise 2,45 GW d’installations par an (voir notre article). En même temps, la démarche est très pragmatique, les baisses des coûts ayant quasiment fait du solaire l’énergie la moins chère. Pour la chaleur renouvelable, le budget de l’Ademe sera augmenté, avec peut-être enfin le doublement déjà maintes fois annoncé du Fonds Chaleur. A l’opposé, Nicolas Hulot a dû accepter de repousser la réduction à 50% de la part du nucléaire dans le bouquet énergétique français jusqu’à l’entrée en service de l’EPR de Flamanville au moins sinon au-delà, c’est-à-dire vers un futur non précisé. Il n’était en outre probablement pas certain de pouvoir établir un calendrier clair et contraignant pour la fermeture ultérieure d’autres centrales nucléaires. Dans la rénovation énergétique des bâtiments, c’est la politique des petits pas et le manque flagrant des moyens financiers nécessaires qu’il a mis en avant. Et rien n’a été fait pour faire baisser la consommation énergétique.

Réactions*

Julien Tchernia, président et co-fondateur du fournisseur alternatif d’énergies renouvelables ekWateur

« Nous déplorons le départ d’un ministre sur qui, nous, acteurs alternatifs qui souhaitons faire bouger les choses, comptions pour défendre nos idéaux. Chez ekWateur, nous défendons l’idée un marché de l’énergie décentralisé. Nous l’avions déjà exprimé à l’arrivée de Nicolas Hulot et nous réitérons ce jour : La décentralisation est la clé pour révolutionner le système énergétique français. Alors que la PPE sera précisée dans les semaines qui viennent, les acteurs du marché seront dans l’attente d’un signal fort du gouvernement concernant son implication dans la transition écologique. »

Pour la Fondation pour la Nature et l’Homme (initialement créée par Nicolas Hulot) estime que « l’écologie perd son unique allié au gouvernement », et appelle le chef de l’état, le gouvernement et les parlementaires « à prendre en compte immédiatement cet électrochoc politique, notamment en actant la fermeture de plusieurs réacteurs nucléaires d’ici la fin du quinquennat en plus de ceux de la centrale de Fessenheim et en démultipliant les moyens pour accompagner les ménages dans la rénovation énergétique des logements. »

Jean-Baptiste Lebrun, directeur du CLER – Réseau pour la transition énergétique

« La démission de Nicolas Hulot confirme que l’action gouvernementale n’est pas à la hauteur des enjeux écologiques. Cette annonce doit provoquer un sursaut en faveur de la transition. La décision de Nicolas Hulot démontre le manque de résultats, de cohérence et d’écoute de la part du gouvernement. Nous devons d’urgence rebondir et engager véritablement la transition énergétique, en se donnant les moyens financiers et réglementaires pour rénover les passoires énergétiques, libérer les énergies renouvelables, favoriser les dynamiques locales et diminuer la part des énergies fossiles et du nucléaire. Les solutions sont là pour créer des milliers d’emplois et réduire la précarité énergétique. De nombreux acteurs de terrain – collectivités, entreprises, associations – montrent déjà la voie, il est grand temps de les écouter. »

*Nus avons volontairement sélectionné des extraits liés à l’énergie.

Pour plus d’informations : les propositions du CLER pour la transition énergétique

Lire sur Sciences et Avenir : bilan d’un ministre démissionnaire, et perspectives pour son (sa) successeur(se)

Lire sur GreenUnivers : les dossiers qui attendent le successeur de Nicolas Hulot

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This