Top Menu

La profession réagit favorablement au Plan France-Relance et veut s’y impliquer

Alors que vient d’être dévoilé par le Premier Ministre le Plan France-Relance, deux priorités en matière de transition écologique sont annoncées : la rénovation énergétique des bâtiments qui doit bénéficier de 7 milliards d’euros et un grand plan industriel sur l’hydrogène qui se verra doté de 2 milliards d’euros. Pour ces deux enjeux d’avenir au cœur de la relance, l’énergie solaire apporte des réponses concrètes et pragmatiques, avec des milliers d’emplois à la clé, avance Enerplan.

Ainsi, pour atteindre ses ambitions, la rénovation énergétique devra intégrer l’autoconsommation au sein des bâtiments autant que faire se peut, met en avant l’organisation professionnelle. Qu’il s’agisse de chaleur ou d’électricité, les installations solaires thermiques et photovoltaïques apportent une économie directe de carbone et de charges pour les occupants des bâtiments rendus plus efficaces grâce à l’isolation. Selon Enerplan, des dispositions réglementaires sont à prendre d’urgence afin de faciliter le recours à l’électricité solaire pour tous les bâtiments (tarif d’achat en guichet jusqu’à 500 kW). Cela permettra en outre de favoriser la convergence avec la recharge intelligente des voitures électriques, insiste Enerplan qui représente l’ensemble de l’offre solaire industrielle et commerciale en France (industriels, ensembliers, bureaux d’études, installateurs, architectes, énergéticiens, …).

Le second aspect sur lequel le solaire est un atout pour la nation, est la production d’hydrogène vert. Particulièrement prévisible et compétitive, la production solaire peut constituer avec les autres énergies renouvelables le socle d’une grande ambition pour la production d‘hydrogène décarboné. Le stockage de l’électricité renouvelable est un enjeu des années à venir, l’hydrogène couplé aux parcs solaires est une réponse particulièrement adaptée.

Pour Daniel Bour, Président d’Enerplan, « L’annonce de ce jour est cruciale pour la relance économique de milliers d’artisans, de PME ou de plus grandes entreprises. Les acteurs du secteur solaire sont en capacité de se mobiliser pour la relance et de créer très rapidement des emplois pérennes sur tout le territoire. Elles contribueront à la réussite des ambitieux plans de rénovation énergétique des bâtiments et de développement d‘une véritable filière de l’hydrogène vert. Nous sommes prêts à relever le défi et prendre toute notre part dans ce grand plan de relance ».

L’AFHYPAC salue le coup d’accélérateur pour le développement d’une industrie de l’hydrogène en France 

De son côté, le président de l’AFHYPAC salue le coup d’accélérateur impulsé par le plan France-Relance pour le développement d’une industrie de l’hydrogène en France : un soutien à la filière hydrogène à hauteur de 7 milliards d’euros d’ici 2030 dont 2 milliards pour les 2 prochaines années.

Réunissant plus de 190 membres, l’Association Française pour l’Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC) fédère les acteurs de la filière française de l’hydrogène structurés sur l’ensemble de la chaîne de valeur : des grands groupes industriels développant des projets d’envergure, des PME-PMI et start-up innovantes soutenues par des laboratoires et centres de recherche d’excellence, des associations, pôles de compétitivités et des collectivités territoriales mobilisés pour le déploiement de solutions hydrogène.

« Je tiens ici à saluer ce signal fort du gouvernement qui a saisi l’opportunité de la relance pour concrétiser un soutien d’ampleur à la filière. Ce soutien va permettre à la France de changer d’échelle, de prendre une place de premier plan dans l’économie bas-carbone de demain et de s’intégrer pleinement dans la dynamique européenne. Le montant annoncé du soutien à l’hydrogène, en ligne avec les propositions de la filière, matérialise la continuité de l’action publique. Il illustre également la prise de conscience par les Pouvoirs Publics d’une urgence à investir maintenant pour déployer des capacités de production en France », souligne Philippe Boucly, président de l’AFHYPAC.

Et d’ajouter : « Cette impulsion forte donnée aujourd’hui préfigure une stratégie hydrogène ambitieuse et cohérente sur la décennie qui va donner le cadre et la visibilité nécessaire à l’ensemble des acteurs de la filière. Les acteurs ont maintenant la responsabilité de co-construire un déploiement coordonné et structuré dans les territoires. L’AFHYPAC qui fédère l’ensemble de ces acteurs est mobilisée pour prendre une part active dans la mise en œuvre de la stratégie hydrogène française ».

Le SER demande des moyens budgétaires additionnels pour accompagner un effort de simplification

De son côté, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) salue les mesures qui, dans le cadre de l’objectif de décarbonation du secteur de l’industrie, permettront de mettre en place une aide au fonctionnement pour les projets de chaleur renouvelable dans les secteurs de l’industrie et du bâtiment.

En parallèle des efforts dans le secteur industriel, il convient d’accompagner le secteur du bâtiment vers la neutralité carbone. Le SER se félicite donc des moyens additionnels qui seront déployés pour accélérer la rénovation du bâti. Il est cependant essentiel que les dispositifs de soutien aux particuliers deviennent réellement opérationnels pour l’ensemble des ménages français, tant pour les opérations de rénovation globale que pour les autres types de travaux, et que le gouvernement puisse garantir un traitement rapide des demandes, insiste l’organisation professionnelle.

L’étude menée par le SER en partenariat avec EY montre que la mise en œuvre de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) permettra de générer près de 200 milliards d’euros de valeur ajoutée dans l’économie française et de créer 100 000 emplois dans les dix prochaines années. Dans la lignée des propositions du SER présentées en juin dernier, il apparaît fondamental d’accompagner le plan de relance gouvernemental par un effort de simplification pour permettre aux projets renouvelables de se développer plus rapidement et tenir la trajectoire de la PPE.

« Au-delà de la mobilisation de moyens budgétaires additionnels, la relance économique dépendra aussi de notre capacité collective à simplifier le cadre de développement des énergies renouvelables en France pour accélérer leur déploiement. Nous avons bien entendu la volonté du Premier ministre de faire preuve d’ambition en matière de simplification, et espérons que nos propositions dans ce domaine seront donc entendues », déclare Jean-Louis Bal, président du SER.

Télécharger le Dossier plan “France Relance”

 

, , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This