Top Menu

La profession dénonce la tentative de remise en cause du dispositif de soutien au solaire

L’article du quotidien Les Echos révélant que le gouvernement envisageait de renégocier les tarifs des contrats dans le photovoltaïque signés avant 2011, afin d’économiser 600 millions d’euros, a provoqué l’indignation de la filière. Enerplan et le SER sont ainsi montés rapidement au créneau pour défendre la profession.

Ainsi, Enerplan demande un rendez-vous en urgence à la ministre chargée de l’énergie pour faire le point sur un projet qui serait inquiétant pour la transition énergétique et la relance économique.

« Cette information me paraît inconcevable : nous n’avons jamais été informés de ce projet de remise en cause de la parole et de la signature de l’Etat.  Je demande, au nom de la profession, à la Ministre de la Transition Écologique de nous recevoir dans les plus brefs délais », déclare Daniel Bour, Président d’Enerplan. Le syndicat des professionnels du solaire s’inquiète que l’information révélée par le quotidien économique n’ait pas été démentie à cette heure par le gouvernement. Enerplan demande un rendez-vous en urgence à la ministre chargée de l’énergie pour faire le point sur un projet qui serait inquiétant pour la transition énergétique et la relance économique.

Alors que le gouvernement a présenté le plan #FranceRelance et affiche la croissance verte comme un axe majeur de la relance, les moyens de l’Etat semblent maintenant mobilisés pour s’attaquer, rétroactivement, aux contrats d’achats photovoltaïques conclus sur la base des tarifs en vigueur avant le moratoire de 2011, dénonce, de son côté, le .

Le Syndicat des Energies Renouvelables rappelle que ces tarifs avaient été établis par l’Etat en fonction des coûts réels du photovoltaïque. Ils reflétaient donc l’ampleur des investissements et le niveau de risque portés par les pionniers qui ont permis à la France de se doter d’une filière solaire.

La remise en cause rétroactive de ces contrats aurait à court terme des conséquences économiques catastrophiques pour les acteurs indépendants qui ont financé la croissance de leurs entreprises grâce à leurs premiers projets solaires : perte de chiffre d’affaires des centrales, incapacité à honorer leurs engagements vis-à-vis des banques, des sociétés d’exploitation, des sociétés de maintenance, des assureurs…, mise en faillite des sociétés de projets, et in fine pertes colossales au bilan des producteurs dont nombre pourraient mettre la clé sous la porte à l’heure où la France cherche à faire émerger les ETI de la transition énergétique de demain, poursuit le SER.

« Ces risques sont loin d’être virtuels : les marchés italiens et espagnols sont encore marqués à vif par les rétroactivités intervenues au début des années 2010, la confiance des investisseurs y a été sapée pour des années en dépit des revers juridiques subis par les Etats espagnols et italiens quelques années plus tard. Le coût de la dette bancaire reste encore très élevé en Italie et en Espagne pour financer un projet renouvelable.

Au contraire, en France, la stabilité du cadre et la qualité de la « signature » a permis jusqu’à présent d’attirer des capitaux en abondance pour financer la transition énergétique, conduisant à des coûts de production de l’énergie solaire photovoltaïque de plus en plus compétitifs, permettant à la filière d’être l’un des rares secteurs à recruter massivement en cette période de crise.

En franchissant la ligne rouge, qui consiste à ne plus respecter des engagements publics contractuels qui ont servi de base au financement de plusieurs milliards d’euros de projets solaires construits et aujourd’hui en fonctionnement, la France menacerait l’existence même d’une filière solaire et fermerait la porte à tous les projets d’implantation industrielle sur son territoire, se privant par la même occasion d’investissements massifs dans les territoires. D’ores et déjà l’on peut s’interroger sur l’avenir des projets d’implantation des giga factories qui sont annoncés pour les prochains mois. Quelle cohérence avec le plan de relance qui vise à la réindustrialisation de la France dans les filières stratégiques pour la transition écologique ?

Mais il y a plus. En remettant en cause sa parole, l’Etat met en risque l’ensemble du financement des énergies renouvelables et de la transition énergétique. En effet, un tel reniement génèrerait une défiance massive et durable à l’égard des engagements de l’Etat. Quel crédit pour les milliers de contrats d’obligation d’achat signés chaque année dans toutes les filières renouvelables dans le cadre d’une transition énergétique pourtant indispensable à l’atteinte de nos objectifs climatiques et voulue par tous les citoyens ?

Au moment où la France est sous le choc économique du Covid-19, alors que les filières des énergies renouvelables sont parmi les rares secteurs en croissance dans notre pays, nous ne pouvons nous permettre de tourner le dos à la trajectoire d’avenir qu’est la transition énergétique », dénoncent, dans un communiqué, Jean-Louis Bal, président du SER et Xavier Daval, vice-président du SER.

Voir l’article du quotidien Les Echos

 

 

 

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This