Top Menu

EU-Chine : SolarPower Europe se positionne contre Bruxelles

Après l’annonce de l’ouverture de l’enquête de la Commission européenne à l’encontre des importations de panneaux photovoltaïques en silicium cristallin expédiés de Malaisie et de Taïwan, en plus de celles de Chine, vers l’Europe, l’association européenne de l’industrie photovoltaïque SolarPower Europe (ex-EPIA) a plaidé, au contraire, pour la suppression du prix plancher et le rétablissement de prix de marché en Europe. Argument : les prix trop élevés en Europe par rapport au reste du monde freine le déploiement du PV.

EpiaMIP-010615SolarPower Europe renforce ainsi encore sa position en faveur de pratiques commerciales libres dans le photovoltaïque, dévoilée lors de la récente manifestation SNEC de Shanghai (voir ici). James Watson, CEO de l’organisation industrielle, estime au contraire que le prix plancher a au moins en partie accentué la baisse des marchés du PV en Europe, déjà mis à mal par la réduction voire la suppression des aides au solaire. En comparant les prix pratiqués dans différents pays et le développement des marchés dans ces mêmes pays, force serait de constater que seuls les pays où des aides substantielles au déploiement du PV existent encore peuvent supporter des prix élevés, qu’il s’agisse de soutiens à des contrats de gré à gré ou de tarifs d’achat. Exemple : le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Dans les pays d’Europe où les aides ont au contraire été nettement réduites, la croissance s’est fortement ralentie « parce que le prix plancher est un facteur qui fait apparaître le solaire comme une stratégie à risque, ce qui réduit son attractivité auprès des investisseurs censés remplacer ou compenser les aides publiques pour le financement des projets solaires. Partant, les utilisateurs clients européens paieraient leurs systèmes PV plus chers, avec un coût d’installation maintenu artificiellement à la hausse. »

Des emplois non délocalisables

Plus grave, « le blocage des prix des modules solaires, qui a abouti à l’effet pervers d’une hausse en 2014 (et probablement en 2015 si rien n’est fait), augmenterait la pression sur les prix des autres produits et fournisseurs de la chaîne d’approvisionnement ainsi que sur les développeurs des projets PV comme, par exemple, les fabricants d’onduleurs, qui seraient à leur tour ainsi mis en difficultés », souligne James Watson. « A l’opposé, la suppression du prix plancher aurait un double impact. Elle entraînerait, d’une part, une rapide baisse des prix des panneaux PV, jusqu’à 5 c€/W quasi immédiatement, et tirerait à nouveau le déploiement du solaire en Europe. Et elle influencerait, d’autre part, la création d’emplois non délocalisables. » Un récent rapport de l’IEA PVPS a en effet mis le doigt où ça fait mal en précisant le recul du nombre d’emplois dans le PV en 2014 comparé à 2012 : -33% en France, -39% en Italie, -40% en Allemagne, -48% au Danemark ou encore -63% en Belgique, contre +20% aux Etats-Unis, +52% au Canada, +116% au Japon …

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This