Top Menu

FreShER : un projet de R&D pour réduire le coût des centrales PV flottantes

L’Union européenne vient de valider un projet de R&D visant à innover au niveau de l’ancrage des centrales solaires flottantes de grandes dimensions, à optimiser et valider ces systèmes de fixation, et à les adapter aux applications sur les mers et océans. Il en résulterait une réduction significative des coûts de réalisation et d’exploitation. Mené par un consortium incluant des acteurs suédois, espagnols et surtout portugais, le projet démarre en ce mois de novembre 2019 et est prévu pour deux ans.

Appelé FreShER, le projet est subventionné par l’EMFF* et coordonné par Seaflex, une société suédoise active dans l’industrie maritime offrant des systèmes d’ancrage/amarrage sûres, flexibles et compatibles avec l’environnement. Parmi les autres participants au consortium figurent RISE, centre suédois de R&D, EDPP et EDP Cnet, deux filiales de l’énergéticien portugais EDP (dont la production est constituée à 70% d’énergie renouvelable), Isigenere, société espagnole d’ingénierie qui a développé le système solaire flottant Isifloating, et Wavec Offshore Renewables, association de promotion d’énergies renouvelables (notamment marines). EDP possède actuellement une centrale solaire flottante de 220 kWc dans le Nord du Portugal, installée en 2017 pour expérimentation sur le lac de barrage d’Alto Rabagão. Le groupe prévoit actuellement l’installation d’une centrale PV flottante de 4 MWc sur le lac de barrage d’Alqueva (dans le sud du pays). Vu sa configuration, l’espace disponible se présente comme une bande semi-circulaire distante de 130 à 250 m du barrage. Des tests du projet FreShER y seront réalisés. D’autres tests seront réalisés dans le Skagerrak, sur la côte ouest de Suède.

Le Portugal ambitionne d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 avec 80% d’énergie renouvelable dans son bouquet énergétique. L’idée d’hybridation des sources alternatives d’énergie avec l’hydro-électricité et le solaire fait son chemin comme la démarche la plus à même d’atteindre cet objectif rapidement. Le potentiel pour le solaire flottant serait ainsi supérieur à 2 GW dans le pays. La solidité des systèmes d’amarrage et d’ancrage serait toutefois primordiale, et son optimisation doit s’accompagner d’une réduction des coûts. Ultérieurement, les systèmes doivent aussi pouvoir s’adapter à un environnement marin, et ouvrir ainsi de nouvelles perspectives pour la transition énergétique.

*EMFF : European Maritime and Fishery Fund, Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP)

Pour plus d’informations, cliquer ici

, , , , , , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This