Top Menu

Le Coronavirus va déstabiliser la chaîne d’approvisionnement des modules solaires

Le gouvernement chinois a mis en œuvre un certain nombre de mesures pour aider à contrôler la propagation du Coronavirus. Les mesures, qui comprennent la restriction des déplacements et la prolongation des vacances du Nouvel An chinois, imposeront des contraintes à la chaîne d’approvisionnement mondiale des modules solaires, analyse Wood Mackenzie. Avec des risques de hausse des prix.

Xiaojing Sun, analyste principal de recherche au sein de l’équipe de recherche sur la transition énergétique de Wood Mackenzie, a déclaré : « Les fabricants d’énergie solaire ne pourront sans doute pas reprendre la production avant le 10 février au plus tôt. On ne sait pas combien de temps les interdictions de déplacement seront maintenues. Si elles restent en place, la production des fabricants chinois sera réduite. Les usines situées en Chine continentale subiront le pire impact ; mais, les installations d’assemblage de modules à l’étranger qui dépendent des importations en provenance de Chine pour les cadres ou les boîtes de jonction seront également affectées négativement ».

La production de modules en Asie du Sud-Est et aux États-Unis comporte généralement un à deux mois de stock supplémentaire sur site. Si l’interruption de la production en Chine continentale dure plus d’un mois, les usines d’Asie du Sud-Est et des États-Unis commenceront à voir des pénuries d’approvisionnement qui réduiront leur production, assure le cabinet d’études.

La Chine produit la majorité des modules PV de l’industrie mondiale, ce qui signifie que toute tension potentielle pourrait avoir un impact.

« Les développeurs qui attendent la livraison de modules depuis la Chine continentale en mars et avril ne verront pas leurs commandes livrées à temps. Les livraisons prévues pour la fin du deuxième trimestre 2020 devraient également être retardées. La livraison tardive des modules affectera les calendriers de construction des projets dans le monde entier, et les projets avec des dates de mise en service aux 3e et 4e trimestre 2020 sont susceptibles d’être particulièrement touchés », ajoute l’analyste.

Le Vietnam, la Malaisie et les Philippines ont tous imposé des restrictions de visa aux visiteurs en provenance de Chine, y compris les travailleurs chinois et le personnel de gestion des installations de fabrication solaire de ces pays. Cela affectera la production de nombreuses filiales de fabricants de modules chinois en Asie du Sud-Est, réduisant la production totale de modules.

La perturbation de l’offre signifie également que l’inflation potentielle des prix est à redouter. Wood Mackenzie avait prévu que l’offre excédentaire de modules ferait baisser les prix cette année. Les retards de production en Chine, selon leur durée, risquent d’atténuer toute baisse des prix. Si l’activité est rétablie fin février, l’impact devrait être limité.

« Cependant, si les restrictions restent en place plus longtemps, alors l’impact sur l’offre en Chine sera significatif, étouffant la production du pays. Plus les mesures strictes de santé publique resteront en place, plus il est probable que les prix subiront une hausse au second semestre 2020 », prévient Wood Mackenzie.

 

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This