Top Menu

La France, pays pionner des routes solaires ?

A l’occasion de la journée consacrée aux transports dans le cadre de la COP21, la ministre en charge de l’énergie Ségolène Royal a appelé les professionnels des infrastructures routières à s’engager dans la transition énergétique au travers d’un plan national pour la route à énergie positive. Objectif : réaliser 1000 km de routes solaires d’ici 5 ans.

Ce plan national vise à faire de la route non seulement un axe de transport mais également une source de production d’énergie propre et renouvelable sans consommation d’espace supplémentaire. Une route à énergie positive intègrerait des cellules solaires pour produire de l’électricité, à l’instar du concept de revêtement routier photovoltaïque Wattway récemment dévoilé par le groupe français Colas (voir notre article). Selon la ministre, les projets en cours de développement devraient aboutir à des démonstrateurs pour la production de chaleur et d’électricité d’ici deux ans, et des réalisations concrètes se déployer d’ici 5 ans.

Le plan national se déclinerait de la façon suivante :

  • Mobilisation des acteurs privés dans le cadre de l’appel à projet « Route du futur » du programme d’investissement d’avenir piloté par l’Ademe sous le contrôle du commissariat général aux investissements. Les dossiers sont à soumettre d’ici le printemps 2016.
  • Définition du cadre réglementaire, par l’état, pour le déploiement de la route solaire d’ici le printemps 2016.
  • Expérimentation des routes solaires et d’autres technologies sur le réseau de l’état et en liaison avec les collectivités et les sociétés concessionnaires d’autoroutes à partir de 2016, afin de tester les différents domaines d’emplois de cette nouvelle technologie.
  • Réalisation d’un démonstrateur de la route récupératrice de chaleur d’ici début 2017, en s’appuyant sur la convention entre le ministère, l’IFSTTAR, le conseil départemental de Seine-et-Marne et l’industrie routière.
  • Industrialisation des nouveaux procédés à partir de 2017 et déploiement en France pour atteindre un objectif de 1000 km de routes à énergie positive d’ici 5 ans.

Ce plan national figure parmi quatre initiatives annoncées pour les transports propres. Les trois autres portent sur : la voiture électrique, avec un appel au développement d’un modèle accessible à tous à moins de 7000 euros ; le soutien à l’objectif « Zéro émission » de la déclaration de Paris sur la mobilité électrique et le changement climatique présentée par la « Zero Emission Vehicles Alliance » visant 20% de véhicules électriques dans la flotte mondiale d’ici 2030 ; et le soutien à l’initiative « Mobilise Your City », avec 2 millions d’euros du Fonds français pour l’environnement mondial, pour faciliter les projets de planification des transports dans 20 villes de pays en développement, avec le soutien de l’AFD, du CEREMA, du CODATU et la coopération allemande (GIZ).

Rappelons que le secteur des transports est le premier émetteur de gaz à effet de serre en France, avec 27% des émissions totales. Il représente 23% des émissions dans le monde.

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This