Top Menu

Enerplan salue l’annonce de l’accès plus simple au tarif d’achat jusqu’à 300 kWc

Dimanche 23 février au Salon de l’agriculture à Paris, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé le futur relèvement du plafond de l’arrêté tarifaire photovoltaïque, qui sera porté de 100 à 300 kWc.

Une mesure attendue de longue date par la filière pour faciliter le développement de projet solaire sur des toitures de moyenne surface (de 600 à 2000 m²), dans le secteur agricole notamment. Cette mesure vient concrétiser la confiance que les pouvoirs publics placent dans l’énergie solaire et dans le tarif d’achat comme mécanisme de soutien au développement de projets de taille moyenne, en lieu et place d’appels d’offres qui n’avaient plus lieu d’être, commente l’organisation professionnelle Enerplan.

Le syndicat des professionnels de l’énergie solaire salue cette annonce, qui met en cohérence les conditions du marché avec l’ambition de la PPE. Enerplan sera attentif à la mise en oeuvre de ce nouveau guichet ouvert jusqu’à 250 kVA (niveau tarifaire, non plafonnement de la production, mécanisme de dégressivité), dont le succès repose sur des arbitrages encore à venir.

« Le relèvement du plafond de l’arrêté tarifaire, est une proposition de longue date portée par Enerplan. Elle vise à simplifier l’action des entrepreneurs pour solariser les bâtiments, qui se heurtaient à la complexité et l’incertitude de l’appel d’offres. C’est une bonne nouvelle pour la transition énergétique, sous réserve des conditions d’application notamment tarifaires, pour devenir un véritable accélérateur du marché du photovoltaïque sur bâtiment. Nous regrettons toutefois que cette mesure ne concerne pas les bâtiments entre 300 et 500 kWc » déclare Daniel Bour, président d’Enerplan.

La FNSEA salue cette décision et souligne que 13% du parc photovoltaïque est agricole

La FNSEA se réjouit également de l’annonce d’Elisabeth Borne au Salon International de l’Agriculture sur la remontée du seuil d’appel d’offre des projets photovoltaïques sur bâtiments de 100 à 300 kWc et a publié le communiqué suivant :

« Cette décision du gouvernement est le fruit d’un travail de deux ans aux côtés de nos partenaires de l’énergie avec qui nous avons porté cette demande depuis le travail engagé par Sébastien Lecornu en 2018. La profession agricole s’était fortement mobilisée pour participer activement à l’ensemble des réunions techniques du groupe de travail.

Ces dernières années, la baisse considérable des tarifs et la complexité des dispositifs ont exclu, de fait, les agriculteurs des appels d’offres de rachat d’électricité. Des projets agricoles certes plus chers au démarrage, car réalisant moins d’économie d’échelle que les grands développeurs, mais porteurs de nombreuses externalités positives.

Grâce à l’engagement des agriculteurs, 13% du parc photovoltaïque est agricole, réparti sur plus de 10 000 bâtiments, ce qui permet de lutter efficacement contre l’artificialisation des terres. En plus de répondre à des objectifs environnementaux, la production de cette énergie décarbonée représente un enjeu économique pour les agriculteurs en leur assurant un complément de revenu. Enfin, elle répond à des enjeux de développement, d’aménagement et de solidarité à l’échelle des territoires.

La remontée de ce seuil redonnera la possibilité aux agriculteurs de porter de nouveaux projets leurs permettant, de produire une énergie décarbonée au cœur des territoires, à la condition d’un tarif suffisant fixé sur 20 ans ».

La FNSEA déclare qu’elle restera mobilisée dans l’intérêt des futurs porteurs de projets.

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This