Top Menu

Appel d’offres PV transfrontalier Allemagne-Danemark : le tarif est à 5,38 c€/kWh !

En Allemagne, l’Agence fédérale des réseaux (Bundesnetzagentur) a dévoilé les projets retenus au titre du premier appel d’offres transfrontalier ouvert aussi à des projets au Danemark, pour une puissance cible de 50 MW. Résultat : 5 projets retenus, tous portés par des sociétés ayant leur siège au Danemark, tous sur sols agricoles, tous avec un tarif d’achat de 5,38 c€/kWh.

La centrale photovoltaïque de 61 MWc de Lerchenborg sur la presqu'île d'Asnæs au Danemark, entrée en service en décembre 2015. Crédit Photo : Wirsol.

La centrale photovoltaïque de 61 MWc de Lerchenborg sur la presqu’île d’Asnæs au Danemark, entrée en service en décembre 2015.
Crédit Photo : Wirsol.

Le tarif d’achat est pour près de 2 c€/kWh inférieur au tarif moyen octroyé lors du dernier AO pour centrales PV au sol allemand (7,25 c€/kWh). L’appel d’offres (voir notre article) avait attiré 43 candidatures pour un volume total de 297 MW, dont 17 projets cumulant 154 MW au Danemark et 28 projets cumulant 143 MW en Allemagne.

Le déploiement PV au sol est actuellement interdit sur des terrains à usage agricole en Allemagne. Cette restriction a donc pénalisé les porteurs de projets en Allemagne, le déploiement sur des terrains en reconversion ou d’autres sites entraînant des coûts plus élevés. Or le tarif d’achat était le seul critère de sélection à l’appel d’offres. Ce dernier visait des projets de 100 kW à 10 MW pour un prix inférieur à 11,09 c€/kWh.

Le dispositif très critiqué

Le syndicat professionnel BSW-Solar a exigé la suppression des restrictions à la construction de parcs solaires en Allemagne, l’appel d’offres montrant bien la discrimination qui résulte des différents cadres réglementaires entre les deux pays. « Une centrale PV ne peut être réalisée pour 5,38 c€/kWh sur un site industriel en reconversion ou sur une ancienne décharge », a souligné Carsten Körnig, directeur général du BSW Solar.

Le syndicat fédéral des énergies renouvelables (BEE) a, pour sa part, critiqué « un appel d’offres lancé de façon précipitée sans réfléchir, ce qui fausse la concurrence », pour reprendre les termes de son directeur général Harald Uphoff. « La commission européenne a exigé de l’Allemagne une ouverture de ses appels d’offres à la concurrence étrangère à hauteur de 5% en échange des aides au déploiement des énergies renouvelables, mais cette ouverture à l’international passera à 15% l’an prochain, et les porteurs de projets allemands n’auront aucune chance, sauf si le gouvernement fixe des conditions identiques pour tous les participants. »

Pour la Bundesnetzagentur, ce premier appel d’offres transfrontalier a constitué « une sorte d’expérimentation pour la mise en pratique de ce type de dispositif, prévu à l’avenir avec d’autres pays européens. »

, ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This