Top Menu

Le gouvernement présente un plan hydrogène de 7 milliards d’euros

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, ont présenté la semaine dernière la stratégie hydrogène nationale. Dotée d’une enveloppe de 2 milliards d’euros dans le cadre de France Relance, la stratégie pour le développement de l’hydrogène décarboné s’étend au-delà de la période 2020-2022 et fixe une trajectoire qui court jusqu’en 2030 avec au total 7 milliards d’euros de soutien public.

Ces 7 milliards d’euros seront investis selon trois priorités, la décarbonation de l’industrie pour contribuer à l’atteinte de la neutralité carbone en 2050, le développement des mobilités lourdes à l’hydrogène ainsi que le soutien d’une recherche d’excellente et le développement des offres de formation. L’enjeu de cette stratégie est de favoriser un passage rapide à l’échelle industrielle pour permettre une baisse significative des coûts de production. Cette stratégie nationale s’inscrit dans une logique européenne.

La stratégie fixe ainsi 3 objectifs :

1- installer suffisamment d’électrolyseurs pour apporter une contribution significative à la décarbonation de l’économie. Ce sera possible grâce à l’installation d’une capacité de production d’hydrogène décarboné de 6,5 GW par électrolyse.

Pour ce faire le gouvernement souhaite la mise en oeuvre dès 2021 d’un Projet Important d’Intérêt Européen Commun (PIIEC/IPCEI) sur l’hydrogène, à l’instar du projet européen sur les batteries. Ce projet pourra par exemple soutenir la R&D et l’industrialisation d’électrolyseurs pour produire de l’hydrogène décarboné et déployer ces solutions dans l’industrie. Il s’agit notamment de faire émerger en France des projets de « gigafactory » d’électrolyseurs, selon un schéma similaire au plan batterie qui prévoit le développement des usines de Nersac puis de Douvrin par ACC, entreprise commune de PSA et Total/Saft (bientôt rejoints par Renault).

Ce projet pourra également concerner l’industrialisation d’autres briques technologiques (piles à combustible, réservoirs, matériaux…), dans une logique d’intégration de la chaîne de valeur au niveau européen. La France réservera une dotation financière exceptionnelle de 1,5 milliards d’euros dans le cadre de cette action.

2- développer les mobilités propres en particulier pour les véhicules lourds. En parallèle d’une première phase de conversion de nos transports terrestres de passagers et de marchandises vers les technologies hydrogène (véhicules utilitaires et poids lourds, bus, trains à hydrogène), le développement des technologies et composants clés se poursuivra notamment au travers de projets pilotes pour des navettes fluviales et des navires fonctionnant à l’hydrogène, ainsi que l’accélération des efforts d’innovation en faveur d’un avion décarboné à hydrogène dont l’entrée en service pourrait avoir lieu au cours de la décennie 2030. Le développement des usages de l’hydrogène dans les territoires sera également encouragé. L’objectif est d’économiser plus de 6 Mt de CO2 en 2030. C’est l’équivalent des émissions annuelles de CO2 de la Ville de Paris.

3- construire en France une filière industrielle créatrice d’emplois et garante de notre maîtrise technologique. L’objectif est de générer entre 50 000 et 150 000 emplois directs et indirects en France. La filière industrielle sera ainsi accompagnée pour développer des emplois verts pour les français et garantir la maîtrise des briques technologiques critiques sur notre territoire

Télécharger le dossier complet : Stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France

 

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This