Top Menu

Le coût actualisé de l’énergie solaire pourrait tomber à 20 $/MWh en 2030

Selon une étude de BloombergNEF (BNEF), l’énergie solaire, éolienne et le stockage d’électricité par batteries ont enregistré des gains de compétitivité spectaculaires au cours des six derniers mois par rapport aux options énergétiques traditionnelles. Mais le coronavirus pourrait accorder un sursis conjoncture aux énergies fossiles.

Selon l’étude, le photovoltaïque et l’éolien terrestre sont désormais les sources les moins chères de production de nouvelles constructions pour au moins les deux tiers de la population mondiale. Ces deux tiers vivent dans des endroits qui représentent 71% du produit intérieur brut et 85% de la production d’énergie. Le stockage sur batterie est désormais la technologie nouvelle construction la moins chère pour gérer des pics de consommation (jusqu’à deux heures de durée de décharge) dans les régions importatrices de gaz, comme l’Europe, la Chine ou le Japon.

La dernière analyse de la société de recherche BloombergNEF (BNEF) montre que le coût de référence mondial nivelé de l’électricité, ou LCOE, pour l’éolien terrestre et le PV à usage public, a chuté de 9% et 4% depuis le second semestre de 2019 – à 44$ et 50$/MWh, respectivement. Pendant ce temps, le LCOE de référence pour le stockage sur batterie est tombé à 150$/MWh, environ la moitié de ce qu’il était il y a encore deux ans.

Rappelons que le LCOE (Levelized Cost of Energy) ou coût actualisé de l’énergie mesure les frais globaux de production d’un MWh d’électricité à partir d’un nouveau projet, en tenant compte des coûts de développement, de construction et d’équipement, de financement, de matières premières, d’exploitation et de maintenance.

En Chine, le plus grand marché du photovoltaïque, la référence solaire est à 38$/MWh, en baisse de 9% par rapport au second semestre 2019, suite à une adoption rapide de modules monocristallins plus performants, souligne BNEF. Le solaire de nouvelle construction dans le pays est maintenant presque à égalité avec le coût de fonctionnement des centrales électriques au charbon, à une moyenne de 35$ /MWh.

À l’échelle mondiale, BloombergNEF estime que certains des projets photovoltaïques les moins chers financés au cours des six derniers mois pourront atteindre un LCOE de 23 à 29 $ par mégawatt-heure. Ces projets se trouvent en Australie, en Chine, au Chili et aux États-Unis, où ils remettront en cause le parc existant de centrales à combustibles fossiles.

La taille des installations compte pour beaucoup dans ces performances. À l’échelle mondiale, l’étude souligne que la taille d’une installation éolienne terrestre moyenne a doublé, passant de 32 MW en 2016 à environ 73 MW aujourd’hui. De même, les parcs solaires sont un tiers plus puissants aujourd’hui, à 27 MW en moyenne, par rapport à 2016.

« Selon les tendances actuelles, le LCOE des meilleurs projets solaires et éoliens passera en dessous de 20 dollars par mégawattheure en 2030. Il y a dix ans, les coûts de production solaire étaient bien supérieurs à 300 dollars. Aujourd’hui, les meilleurs projets solaires au Chili, au Moyen-Orient et en Chine peuvent atteindre moins de 30 $ par mégawatt-heure. Et il y a beaucoup d’innovations dans le pipeline qui feront encore baisser les coûts », commente Tifenn Brandily, auteur principal du rapport

Le stockage sur batterie est un autre exemple de la façon dont la taille des projets peut débloquer des réductions de coûts. Aujourd’hui, BNEF estime que la capacité moyenne des projets de stockage se situe à environ 30 mégawattheures, soit une multiplication par quatre par rapport à seulement sept mégawattheures par projet il y a quatre ans. Depuis 2018, l’augmentation de la taille des projets, combinée à une base de fabrication en expansion rapide et à des chimies plus denses en énergie, a réduit de moitié le LCOE du stockage d’énergie. La référence mondiale LCOE se situe désormais à 150 $/MWh pour les systèmes de stockage sur batterie d’une durée de quatre heures, estime l’étude. La Chine abrite les systèmes de stockage les moins chers à l’échelle mondiale, à 115 $ par mégawatt-heure.

Les données utilisées pour le rapport proviennent de transactions réelles au cours des derniers mois et ne reflètent donc pas ce qui peut arriver aux LCOE de différentes technologies en raison du choc économique créé par la pandémie de coronavirus.

« Le coronavirus aura des impacts sur le coût relatif de l’électricité fossile et renouvelable. Une question importante est de savoir comment les coûts de financement évolueront à court et moyen terme. Un autre concerne les prix des matières premières – les prix du charbon et du gaz se sont affaiblis sur les marchés mondiaux. Si cela se poursuit, cela pourrait aider à protéger la production de combustibles fossiles pendant un certain temps contre les coûts des énergies renouvelables », tempère Seb Henbest, économiste en chef chez BloombergNEF.

 

 

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This