Top Menu

Le groupe Eiffel lance un fonds inédit dédié à la transition énergétique

Avec le soutien de la Banque européenne d’investissement (BEI) et de plusieurs investisseurs institutionnels, le groupe Eiffel Investment vient de lancer le fonds Eiffel Energy Transition, dédié au financement de l’économie verte et de la transition énergétique, notamment de centrales photovoltaïques, sous forme de prêt relais d’une durée typique de 6 à 36 mois, en France et en Europe. Le montant ciblé est de 200 millions d’euros. Objectif : apporter une réponse à un réel besoin de la filière des énergies renouvelables, souvent crucial pour la réalisation des projets avant la mise en place des financements long terme.

Eiffel Energy Transition porte le label Transition Energétique et Ecologique pour le Climat (TEEC), attribué par Novethic. Les investisseurs initiaux d’Eiffel Energy Transition ont souscrit pour un montant total de proche de 100 millions d’euros. D’autres investisseurs institutionnels publics et privés finalisent leurs due-diligences pour rejoindre prochainement le fonds. La participation de la BEI s’établit à 40 millions d’euros.

Le fonds s’adresse aux développeurs d’énergie renouvelable (photovoltaïque, éolien, biogaz, biomasse…) et aux opérateurs d’efficacité énergétique (stockage d’électricité, rénovation thermique des bâtiments, éclairage basse consommation…), deux secteurs ayant d’importants besoins de financement. Le fonds se propose d’octroyer des crédits court terme dans l’attente de la mise en place des financements des projets. Les crédits sont garantis par les actifs qu’ils financent, avec un rapport LTV (loan to value) raisonnable entre le crédit et les actifs financés, et en général sans recours sur le développeur. Chaque crédit est destiné à être remboursé lors de l’obtention par le porteur de projet d’un financement de long terme. Les taux pratiqués, plus élevés que les taux de financement long terme des projets en opération, rémunèrent la prise de risque au moment de la construction, ainsi que la flexibilité, la rapidité, et la souplesse de la solution proposée. Les porteurs de projets peuvent ainsi développer davantage de sites, en déployant leurs fonds propres vers de nouvelles opportunités.

Les acteurs français du photovoltaïque,notamment, ne cachent pas leur satisfaction. « Notre secteur fait face à des ruptures technologiques et réglementaires et doit, dans le même temps, investir pour assurer la transition énergétique. Mon expérience avec Eiffel en 2016 m’a convaincu qu’il s’agit ici d’un outil utile et opérationnel pour nous, développeurs d’énergie solaire en France », estime Daniel Bour, président de Générale du Solaire et président du syndicat professionnel Enerplan. « Notre secteur est très capitalistique, et un développeur a besoin de mener ses projets rapidement à bien pour couvrir ses coûts. Le fonds d’Eiffel, qui devrait financer un de nos projets dans les prochaines semaines, arrive au bon moment. Nous allons pouvoir investir massivement dans un projet d’usine de biomasse en Croatie en phase finale de développement, en amont de la signature des financements long terme bancaires et institutionnels », a précisé, de son côté, Eric Scotto, president d’Akuo Energy.

« Ce type de financement répond à un objectif clef de l’Accord de Paris et accompagne un secteur en pleine mutation », a souligné Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI. « L’action en faveur du climat est une priorité de la Banque de l’Union européenne. Avec 35% d’action climatique en 2016, la BEI a déjà dépassé en France l’objectif européen de 25% à l’horizon 2020. »

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This