Top Menu

Energies renouvelables : la réglementation freine trop le déploiement !

Les énergies renouvelables continueront à gagner du terrain d’ici 2020 pour devenir la principale source de production d’électricité à terme, à condition d’éliminer ou du moins réduire les incertitudes réglementaires, estime l’Agence internationale de l’énergie (IEA) dans son dernier rapport. Le solaire photovoltaïque, aujourd’hui déjà suffisamment compétitif pour ne plus guère nécessiter de subventions, doit ainsi participer au futur bouquet énergétique.

Le déploiement est essentiellement tiré par la baisse des coûts.IEA1-021015

En dévoilant ce rapport (Medium-Term Renewable Energy Market Report 2015) à l’occasion de la réunion des ministres de l’énergie du G20 à Istanbul vendredi dernier 2 octobre, Fatih Birol, directeur exécutif de l’IEA, a soulevé la question de la réglementation et des freins politiques au développement des énergies renouvelables malgré l’important potentiel de production qu’elles offrent. L’IEA estime à 700 GW la capacité de production d’électricité à partir de sources renouvelables qui pourrait être installée dans les cinq prochaines années d’ici 2020, soit environ 2/3 de la nouvelle production toutes technologies confondues. Près de 50% proviendrait de sources autres que l’hydroélectricité telles que le solaire photovoltaïque et l’éolien.

IEA2-021015La part des énergies renouvelables dans la production totale d’électricité passerait de 22% en 2013 à plus de 26% en 2020. Pour Fatih Birol, « les énergies renouvelables s’apprêtent à dominer les systèmes électriques dans le monde. La disponibilité d’importantes ressources disponibles pour l’hydroélectricité, l’éolien et le solaire photovoltaïque ainsi que la compétitivité grandissante des renouvelables avec les autres sources d’énergie peuvent soutenir la croissance économique et donner accès à l’électricité à l’Afrique subsaharienne, en répondant à près de 2/3 des besoins énergétiques à venir au cours des cinq prochaines années dans la région. »

L’IEA note cependant encore de nombreux freins à la mise en œuvre des EnR dans son rapport. Le financement, les barrières réglementaires, les contraintes de réseaux ou encore les conditions macroéconomiques constituent les défis à relever dans les pays émergents. Dans les pays industrialisés, le déploiement rapide des renouvelables exige la réduction des capacités de production d’énergie à partir de fossiles, et met la pression sur les opérateurs historiques. Des engagements politiques hésitants pour décarboner et diversifier le bouquet énergétique peut saper la confiance des investisseurs et des modifications rétroactives de la réglementation peut la détruire. Le rapport de l’IEA contient deux scénarios de déploiement plus ou moins optimistes, en fonction du cadre réglementaire, des engagements cohérents et de la visibilité à long terme pour encourager les renouvelables et créer un cycle de développement vertueux. « L’intégration réseau est sûrement un point crucial pour la mise en œuvre d’importantes capacités dans le solaire PV et l’éolien mais les systèmes énergétiques peuvent apprendre à s’adapter à la variabilité des sources renouvelables. Il n’en va pas de même de la variabilité des décisions gouvernementales », souligne Fatih Birol.

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This