Top Menu

Kyocera achève un projet de 21,1 MWc sur un site en reconversion

Kyocera TCL Solar, filiale commune au groupe Kyocera et au spécialiste de services financiers Tokyo Century, a finalisé début décembre la construction d’une centrale photovoltaïque de 21,1 MW sur un site en reconversion près de la ville de Hagi, à l’ouest du Japon. Parallèlement, le groupe Kyocera avance dans le planning d’un projet de centrale solaire de 480 MW sur l’île d’Ukujima sur lequel il travaille depuis 2014 avec l’industriel Kyudenko et la banque Mizuho.

La société a installé 78144 modules solaires de Kyocera de 270 Wc de puissance unitaire sur environ 1 km2 d’un terrain initialement prévu comme site de traitement de déchets industriels puis laissé à l’abandon. La construction avait démarré en avril 2016. Cette centrale PV est la deuxième plus grande infrastructure solaire réalisée par Kyocera TCL Solar, après celle de 25 MW construite à Fushimi, près de Kyoto, sur un parcours de golf abandonné. Elle devrait générer à terme quelque 23000 MWh d’électricité par an, vendue à l’énergéticien local Chugoku.

Depuis sa création en août 2012, Kyocera TCL Solar a développé jusqu’ici 58 centrales photovoltaïques au Japon, toutes avec des modules Kyocera, pour une puissance cumulée de près de 170 MW. La société installe aussi des centrales solaires flottantes afin d’exploiter les surfaces des nombreux plans d’eau du pays. Cinq sites flottants ont ainsi été réalisés à ce jour, dont un de 15 MW sur le plan d’eau du barrage-réservoir de la préfecture de Chiba qui devrait entrer en exploitation le mois prochain.

Parallèlement, le groupe Kyocera a attiré cinq nouveaux partenaires (SPCG, Tokyo Century, Furukawa Electric, Tsuboi et la banque Eighteenth) dans un consortium créé avec l’équipementier électrique Kyudenko et la banque Mizuho en vue de monter un projet de centrale photovoltaïque de 480 MW sur l’île d’Ukujima à proximité de la ville de Sasebo dans la préfecture de Nagasaki au Japon. SPCG est un développeur de projets solaires en Thaïlande, et exploite déjà 36 centrales PV d’une puissance cumulée de 260 MW dans ce pays. Photovolt Development Partners (PVDP) a commencé à planifier ce projet en avril 2013, avec l’objectif de revitaliser l’économie de cette île isolée. Une société holding a été créée, nommée Ukujima Future Energy. Le projet représenterait un investissement de près de 1,8 milliards de dollars. Les travaux devraient démarrer avant fin mars 2019.

La centrale PV nécessite l’installation de quelque 1,65 million de modules solaires en silicium polycristallin à haut rendement fabriqué par Kyocera, pour une production d’électricité estimée à 515000 MWh par an, ainsi que la pose d’un câble sous-marin d’une longueur de 64 kilomètres entre Ukujima et l’île de Kyushu. L’électricité produite sera vendue au fournisseur local Kyushu Electric Power, et Ukujima Future Energy serait rémunéré selon le tarif d’achat en vigueur. Il est prévu qu’une société de gestion foncière loue des terres agricoles ou des terrains arables et désertés de l’île à leurs propriétaires respectifs, afin de les sous-louer ensuite à la société Ukujima Future Energy pour y installer la centrale PV. Cette dernière comprendrait une partie construite sur pilotis, afin que le terrain puisse être exploité à la fois pour la production d’énergie et pour une production agricole.

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This