Top Menu

Serre Chevalier Vallée mise sur les EnR pour 30% de ses besoins d’électricité

SCV-Domaine skiable, filiale de la Compagnie des Alpes, a mis en place un programme d’ampleur de production d’électricité renouvelable (EnR) pour produire quelque 30% des besoins de la station de ski de Serre Chevalier Vallée, soit 4,5 GWh sur 14,5 GWh de consommation totale. Deux particularités : une combinaison de trois technologies de production – hydroélectricité, photovoltaïque et micro-éolien ; et l’utilisation d’infrastructures existantes pour en faire de réels supports aux sources d’énergie 100% renouvelables et auto-consommables.

Côté photovoltaïque, ce sont au total 1420 panneaux solaires qui seront installés à terme sur les bâtiments existants dont des panneaux souples conçus par Sunwind*. Répartis sur plusieurs dizaines de sites du domaine, les quelques 2370 m2 de panneaux solaires produiront 527000 kWh soit 12% de la production totale d’EnR. Le souhait de ne pas recourir au déploiement de grandes centrales solaires installées en pleine vallée et de privilégier les toitures des installations de la station telles que celles des gares de remontées mécaniques et des bâtiments tertiaires a conduit SCV-Domaine skiable à mettre en place un démonstrateur de panneaux photovoltaïques souples, notamment sur la gare du télésiège débrayable des Vallons. Cette technologie a été conçue au sein de la vallée par Sunwind et l’assemblage est réalisé, pour sa très grande partie, sur le territoire du Briançonnais. Plusieurs réalisations sont déjà en fonctionnement et l’intégralité des panneaux sera opérationnelle en 2021.

Côté hydroélectricité, le principe est simple : captée sur deux sites de bassins versants (Chantemerle et Villeneuve le Bez), l’eau est filtrée et nettoyée de tous ses sédiments, acheminée par les canalisations du réseau d’enneigement dans les salles des machines du domaine, passée dans des turbines pour produire l’électricité, puis réintroduite dans son bassin d’origine. Entre bassins versants nombreux, retenus collinaires bien répartis, et réseaux existants d’acheminement de l’eau, l’équipement de neige de culture du domaine trouve une nouvelle fonction : produire 80% des 4,5 GWh d’EnR du domaine. L’impact sur le paysage et la ressource est quasi nul puisque l’utilisation des équipements existants de neige de culture ne nécessite aucune installation supplémentaire et l’eau est utilisée comme un moyen renouvelable et non comme une ressource consommée.

Côté éolien, les porteurs du projet ont porté leur choix sur deux concepts différents afin de tester leur résistance et leur efficacité face aux conditions climatiques d’altitude. Il s’agit de deux micro-éoliennes de conception différente et de taille raisonnable pour une meilleure intégration au paysage. Un modèle de moins de 12 m de haut, à rotation horizontale, et d’une capacité de 10 kW est posé par l’importateur français Enerlis, le fabricant estonien (spécialiste des éoliennes adaptées aux conditions nordiques) et les équipes du domaine skiable afin d’assurer le transfert de compétences nécessaires à son entretien. Le second modèle est un prototype de la société iséroise Collaborative Energy. Cette éolienne de 6 m de haut pour une production de 5 kW servira de démonstrateur pour plusieurs avancées innovantes. Elle fonctionne selon un principe de rotation verticale, grâce à des pales en bois fabriqués dans le Briançonnais. L’ensemble des travaux de chaudronnerie de la structure sont également réalisés en proche périmètre du domaine. La mise en fonctionnement des deux micro-éoliennes est prévue pour janvier 2019.  Le parc micro-éolien d’altitude permettra de produire 8% des besoins en EnR de la station. Pas moins de cinq sites correspondant aux exigences venteuses ont par ailleurs déjà été identifiées pour déployer plus largement ce principe d’énergie sur le domaine.

Pourquoi un déploiement complémentaire de trois technologies sur un domaine skiable ? Avec 2500 heures annuelles d’ensoleillement, un réseau dense de bassin versants et des cols d’altitude bien exposés au vent, Serre Chevalier dispose d’un important potentiel EnR. Le programme de production d’électricité faisant appel à ces diverses ressources naturelles lui permet de produire près d’un tiers de la consommation électrique totale des 58 appareils de remontées mécaniques, de l’équipement de neige de culture (14 salles des machines, 577 enneigeurs), et de l’ensemble de ses installations tertiaires (bureau et bâtiments d’exploitation). Au-delà de la capacité de production, le pari consistait à déployer ce projet sans (trop) impacter le paysage et les ressources. L’ensemble des acteurs du projet ont donc choisi, en priorité, de se servir de la station comme support à la production d’EnR durant toute l’année. Les infrastructures qui consomment de l’énergie (gares de remontées mécaniques, réseau de neige de culture, bâtiments) sont donc aussi les « hôtes » pour les équipements de production d’électricité. SCV-Domaine skiable a par ailleurs impliqué les artisans et industriels de la Vallée en privilégiant notamment des savoir-faire locaux pour la conception de panneaux photovoltaïques souples et la fabrication de micro-éoliennes. Enfin, les équipes du domaine seront formées pour assurer elles-mêmes l’exploitation et la maintenance de l’ensemble du réseau de production d’EnR.

« La mise en place concrète de cette initiative au service de l’environnement fait de Serre-Chevalier une station totalement engagée dans la transition énergétique. Au-delà de l’ambition, nous voulons faire de la station un réel support de production d’énergie et le projet a la capacité à être duplicable au sein de plusieurs autres domaines skiables. Par ailleurs, notre activité saisonnière et les objectifs ambitieux que nous nous sommes fixés en termes d’autoconsommation seront atteints grâce à une stratégie de pilotage énergétique labellisée Flexgrid », souligne Patrick Arnaud, directeur général de SCV-Domaine skiable.

Initié en 2016, partiellement déployé dès 2018 pour une mise en service intégral en 2021, ce projet est réalisé en partenariat avec la Caisse des Dépôts et co-financé par la Région SUD, Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’investissement pèse 3,6 millions d’euros.

*Sunwind est spécialisé dans la conception et la fabrication de modules PV semi-rigides à 20 % de rendement de conversion. Les produits affichent diverses caractéristiques : adaptable, léger, performant, modulable en taille et puissance.

, , , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This