Top Menu

Taux de réalisation des projets lauréats aux appels d’offres PV : peut mieux faire !

[MIS A JOUR] Le taux de déchet des projets lauréats aux appels d’offres pour des installations photovoltaïques fait l’objet d’un débat récurrent. De 40 à 60%, nous confiait encore récemment un fournisseur de panneaux solaires. Pour la première fois, une étude donne des réponses. Elle a porté sur l’appel d’offres (AO) CRE3 pour des centrales solaires au sol et en grande toiture dont la liste des lauréats avait été publiée en décembre 2015. Selon Enerplan, France Territoire Solaire et Finergreen, sur 1100 MWc attribués, seuls les porteurs de 673 MWc de projets ont annoncé leur raccordement à ce jour. Soit 61% …

La date limite de réalisation pour bénéficier du tarif d’achat inscrit au dossier est fixée à deux ans après attribution, l’échéance tombe donc dans quelques semaines.

L’étude maintenant publiée par Finergreen (consultable en cliquant ici), dont le but consiste à caractériser, à date, l’état d’avancement des projets lauréats et fournir un indicateur des installations mises en service et en cours de construction, est une première. A titre de comparaison, l’Agence fédérale des réseaux (Bundesnetzagentur) d’Allemagne a publié, elle, les taux de réussite des projets lauréats à ses deux premiers appels d’offres de 2015 à l’échéance de réalisation, avec un taux de 96% pour le premier AO d’avril 2015 (notre article) et de 90% pour le second AO d’août 2015 (voir également notre article).

Les appels d’offres pour les installations photovoltaïques ont cours en France depuis plusieurs années avec un manque total de transparence, en particulier pour cet AO CRE3 qui portait initialement sur un volume de 400 MW qui a été doublé à 800 MW pour finalement, après réclamation de candidats porteurs de projets (voir page 3 de l’étude de Finergreen), se clore sur 1100 MW et environ 250 projets lauréats (la liste finale n’a jamais été publiée par le ministère en charge de l’énergie). Enerplan, France Territoire Solaire et Finergreen n’ont donc pu interroger que les lauréats connus désignés en décembre 2015 (de la liste initiale, voir notre article). Au total, 32 lauréats sur les 45 identifiés par Finergreen, ont répondu au questionnaire. Ils représentent 202 projets.

Les chiffres de l’étude

  • Sur 1100 MWc attribués pour environ 250 projets, 32 sociétés lauréates ont répondu à l’étude pour un volume total de 886 MWc.
  • Sur ces 886 MWc, 673 MWc sont raccordés ou en cours de raccordement, soit 76% du panel sondé.
  • Les incertitudes pèsent sur un volume de 199 MWc, soit 22,5% du panel sondé.
  • Les abandons définitifs portent sur un volume de 13 MWc, soit 1,5% du panel sondé.
  • Mais il reste un volume de 214 MWc de projets sans réponse.

Le taux réel de réussite sur l’ensemble des projets lauréats à cet AO dépend donc fortement de l’état d’avancement des projets n’ayant pas participé à l’étude. Dans le doute, L’Echo du Solaire a donc qualifié ce taux à … 61% !

Finergreen préfère, pour sa part, mettre en évidence un taux d’avancement des projets lauréats de plus de 75%, sachant que l’étude est intervenue en amont du délai de mise en service des installations, fixé à 24 mois dans le cahier des charges de l’appel d’offres. Des délais supplémentaires de réalisation ont en outre pu être accordés par la DGEC en cas de « force majeure » ou de défaillance de l’un des fournisseurs pour le projet, ce qui semble avoir été le cas pour certains dossiers dans le cadre de cet appel d’offres. Cette étude devrait être mise à jour une fois passée la date limite de mise en service, afin d’évaluer le taux de réalisation final de l’appel d’offres.

Pour Enerplan, Finergreen et France Territoire Solaire, cette analyse est un point d’étape. La généralisation de ce suivi des résultats des appels d’offres serait souhaitable en coopération avec le ministère de la transition écologique et solidaire pour que davantage de projets lauréats des appels d’offres soient raccordés dans les temps impartis. La programmation pluriannuelle de l’énergie est en cours de révision pour se doter d’objectifs à 2023 et 2028. Il semblerait donc indispensable que les appels d’offres permettent bien d’atteindre les objectifs de développement de l’électricité solaire.

« A défaut de chiffres officiels par appel d’offres, cette étude, bien que partielle, a le mérite de permettre d’y voir plus clair sur un taux d’avancement des projets qui faisait jusqu’alors l’objet de multiples spéculations. Elle matérialise bien l’effet des dispositions du cahier des charges sur la dynamique de raccordement », souligne Antoine Huard, président de France Territoire Solaire. Daniel Bour, président d’Enerplan, insiste, lui, sur le respect des délais. « Les ambitieux objectifs de la PPE doivent se traduire en production. Nous invitons le ministère à travailler avec les acteurs du solaire à la simplification des procédures d’appels d’offres, et au respect par les lauréats du délai de construction de deux ans. Un MW attribué doit être un MW qui produit deux ans plus tard », précise Daniel Bour. Enfin, pour Damien Ricordeau, président fondateur de Finergreen, à l’origine du rapport de l’étude, « il est essentiel pour une filière en pleine mutation de disposer de données macro-économiques sur son évolution. S’assurer de la bonne réalisation des projets lauréats des appels d’offres est un critère clé pour la confiance des acteurs financiers tels que des investisseurs ou des banquiers. »

, , , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This