Top Menu

Le SER mise sur 38% d’EnR dans la consommation finale d’énergie en 2030 en France

Pour le Syndicat des énergies renouvelables (SER), le débat public qui va s’ouvrir début 2018 pour définir la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) sera décisif pour poser les bases du nouveau modèle énergétique français. Des scénarios de croissance ont été élaborés pour chacune des filières des énergies renouvelables afin d’étayer clairement les potentialités qu’elles offrent. Pour le solaire photovoltaïque,  l’objectif 2030 serait : 52 GW en puissance cumulée, 57,2 TWh de production annuelle d’électricité, 9,7% du bouquet électrique…

Pour atteindre les objectifs fixés, le SER a aussi élaboré des recommandations par filière. Ainsi, pour le solaire photovoltaïque, il préconise notamment d’augmenter les volumes des appels d’offres à venir, d’assouplir les cahiers des charges associés afin d’exploiter le gisement potentiel disponible, de mieux contrôler les volumes d’appels d’offres attribués tout en garantissant la qualité des projets, de rétablir un guichet ouvert pour les installations de très petite taille, de définir un cadre économique pour un développement plus rapide de l’autoconsommation… Le solaire thermique à usage domestique est cependant quasi absent des scénarios, à cause des difficultés que connait ce secteur, parent pauvre du solaire au sens large et toujours dans l’ombre du photovoltaïque. Le solaire thermique industriel présenterait, par contre, un potentiel intéressant.

Au global, le SER prévoit que les EnR pourraient couvrir 38% de notre consommation finale de chaleur, plus de 50% de notre électricité et jusqu’à 30% de la consommation de gaz, et offrir la possibilité d’une mobilité propre pour le secteur des transports. Le syndicat estime donc que les objectifs fixés par la loi à l’horizon 2030 pourraient être dépassés, à condition d’une volonté politique déterminée. Pour plus de détails sur les différentes filières, cliquer ici

« Afin de bénéficier pleinement des atouts offerts par les énergies renouvelables, la révision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) devra être l’occasion de poursuivre les actions engagées ces dernières années, notamment en fixant des objectifs ambitieux à chaque filière EnR pour les horizons 2023 et 2028 », a rappelé Jean-Louis Bal, président du SER. Les scénarios représentent donc un apport à la prise de décision dans le cadre de la future PPE. Pour les réaliser, le SER s’est en effet appuyé sur l’analyse des gisements disponibles et sur les divers enjeux du développement des énergies renouvelables : compétitivité des technologies, création d’emplois et d’activités économiques, gestion des conflits d’usage, etc.

« Notre pays a toutes les cartes en main pour faire des énergies renouvelables la clef de voute de sa nouvelle croissance. Urgence climatique, santé et cadre de vie, indépendance énergétique, économie et compétitivité, emplois, tels sont les grands défis que les énergies renouvelables sont aujourd’hui capables de relever », conclut le SER dans un communiqué de presse.

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This