Top Menu

PPE : l’Ademe propose un objectif de 27 à 30 GW de solaire PV d’ici 2028

Dans le cadre de l’actuel débat public sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), l’Ademe vient de prendre officiellement position avec une double proposition : baisser la consommation d’énergie de 30% d’ici 2035 et augmenter la production d’énergie renouvelable (EnR) de 70% d’ici 2028*. Pour le solaire photovoltaïque, un objectif de capacité installée cumulée entre 27 et 30 GW serait ainsi atteignable en 2028, avec une répartition de 11 à 13 GW en toiture et 16 à 17 GW au sol.

Les graphiques présentent la production d’énergie actuelle de chaque filière : les chiffres pour fin 2016 sont évalués par l’Ademe ; les chiffres donnés pour fin 2023 sont des évaluations de l’Ademe selon les objectifs de la première PPE fixés dans le décret du 27 octobre 2016 pour le 31 décembre 2023 ; les chiffres donnés pour fin 2028 correspondent aux propositions de l’Ademe pour la nouvelle PPE en cours de discussion.

L’Ademe inscrit ses propositions dans le cadre d’une trajectoire de déploiement 2035-2050 qu’elle estime être compatible avec le développement industriel des filières, conduisant à près de 40 % d’EnR dans le bouquet énergétique en 2035. Pour 2028, une augmentation de 70 % de la production EnR par rapport à 2016 serait ainsi techniquement possible et économiquement souhaitable (si le prix du carbone est intégré aux énergies fossiles). Cette stratégie doit toutefois, selon l’agence, aller de pair avec une politique drastique de maîtrise de la demande d’énergie visant une baisse de la consommation de 30 % en 2035. Cette baisse serait essentiellement le résultat d’efforts sur deux axes majeurs. Le premier serait la rénovation du parc de bâtiments, en complétant la réglementation sur les bâtiments neufs, par un plan de rénovation massif sur les bâtiments existants. Le deuxième viendrait d’une évolution progressive des comportements de mobilité des personnes (transport en commun, covoiturage, vélo …) et de transport de marchandises, voire une meilleure maîtrise de la demande de transport (télétravail, aménagement du territoire permettant de limiter l’étalement urbain, circuits courts).

Les propositions de l’Ademe pour l’énergie solaire photovoltaïque

Pour l’Ademe, les enjeux pour atteindre les objectifs fixés pour le solaire photovoltaïque dans la prochaine PPE, qui devraient entraîner une production d’électricité supplémentaire de 33 TWh entre fin 2016 et 2028, sont multiples : concrétiser les raccordements et les mises en service d’installations pour atteindre les objectifs ; faciliter l’intégration territoriale des projets grâce au développement du financement participatif et de l’autoconsommation ; assurer la qualité du dimensionnement des installations en autoconsommation individuelle pour éviter les contre-référence ; continuer à prendre en compte la plus-value environnementale des produits ayant le plus faible contenu CO2.

Pour atteindre les objectifs de 2023 fixés par l’actuelle PPE pour le PV (entre 18,2 et 20,2 GW), des appels d’offres pour des centrales de grande puissance avaient été programmés et lancés sur la période 2016-2019 avec un rythme moyen prévu d’installation de 1,5 GW/an. Maintenir ce rythme sur la période 2019-2023 répondrait théoriquement aux objectifs 2023. Mais le rythme effectif des raccordements n’est que de 0,5 à 1 GW/an pour 2,4 GW en liste d’attente, souligne l’Ademe dans son analyse. Les délais de raccordement doivent donc être raccourcis. Si tel est le cas, un objectif de puissance PV installée cumulée de 27 GW (scénario bas) à 30 GW (scénario haut) pour 2028 est atteignable, avec une répartition de 11 à 13 GW de PV en toiture et 16 à 17 GW de PV au sol. Cette répartition se base sur les gisements de surfaces disponibles et les contraintes technico-économiques actuelles. Une étude du gisement potentiel pour les grandes installations au sol et en ombrières, en zones délaissées et artificialisées est actuellement en cours de réalisation. L’autoconsommation serait aussi une piste à privilégier. L’Ademe estime que, si les coûts du PV continuent de baisser, les installations en autoconsommation devraient présenter d’ici à 2025 des retours financiers intéressants sur une grande partie du territoire métropolitain.

Solaire thermique : des objectifs à la baisse

Dans le solaire thermique, force est de constater que la situation en France est particulièrement critique. Il n’existe plus de filière solaire thermique française compétitive et structurée. Il y a à cela un certain nombre de raisons. La concurrence du gaz dont les prix sont en baisse, ainsi que celle des chauffe-eau thermodynamiques (CET) destinés à l’eau chaude sanitaire (ECS) dans les maisons individuelles et celle des capteurs photovoltaïque en toiture figurent parmi les facettes de ce marché en difficulté. Du fait du faible volume du marché, les installations sont aussi en moyenne 30% plus coûteuses en France que dans les autres pays européens. Le coût total de production est estimé par l’Ademe entre 155 euros/MWh et 450 euros/MWh pour les chauffe-eau solaires individuels (CESI) et entre 190 euros/MWh et 420 euros/MWh pour les systèmes solaires combinés (SSC), respectivement pour le sud et le nord de la France. La technologie apparait aussi plus complexe à installer qu’un chauffe-eau thermodynamique par exemple, et la performance des installations nécessite d’être mieux quantifiée et valorisée. La règlementation thermique n’a pas non plus favorisé le solaire thermique, du fait d’un niveau d’exigence moindre dans les bâtiments collectifs encore reconduit en décembre 2017. La progression du solaire thermique dans le secteur résidentiel collectif devait constituer un important levier de croissance de la filière, mais il ne représente qu’un quart des nouvelles installations, au lieu des deux tiers prévus dans les scénarios de préparation de la première PPE et dans le scénario Energie-Climat 2035-2050 initial de l’Ademe. Enfin, le nouveau label E+ C- préfigurant la future réglementation thermique pourrait aboutir à une forte augmentation de l’autoconsommation d’électricité à l’échelle du bâtiment, au détriment de la chaleur renouvelable, dès lors que le bâtiment n’est pas raccordé à un réseau de chaleur.

Dans la première PPE, les objectifs de production dans la filière solaire thermique étaient de 3,1 TWh à 4,7 TWh (270 ktep à 400 ktep) à l’horizon 2023. Seulement 1,1 TWh (97 ktep) étaient produits en 2016. Le rythme de croissance annuelle des nouvelles installations (en TWh/an) devrait donc augmenter de 45 % par rapport au rythme actuel pour atteindre 3,1 TWh en 2023. Or la baisse de l’activité de la filière depuis 2012 montre que même l’objectif bas de cette PPE est déjà trop ambitieux. L’Ademe propose donc de revoir les objectifs à la baisse, entre 1,7 TWh et 2,3 TWh (150 ktep et 200 ktep) pour 2023, puis de fixer un objectif de 2,9 TWh (250 ktep) pour 2028 afin de pouvoir atteindre 3,3 TWh (280 ktep) en 2030. Afin de redynamiser la filière et d’atteindre ces objectifs, plusieurs pistes sont envisageables : viser le marché de niche émergeant de la chaleur industrielle et les réseaux de chaleur. Les coûts totaux de production du solaire thermique dans les secteurs tertiaire et industriel sont estimés entre 63 euros/MWh et 164 euros/MWh pour le solaire thermique sur réseau de chaleur (STR) et entre 89 euros/MWh et 260 euros/MWh pour le solaire thermique collectif (STC). Le Fonds Chaleur géré par l’Ademe a permis de subventionner plus de 1600 opérations dans le solaire thermique depuis sa création en 2009, dont un tiers dans les DOM. Comme il est régulièrement question de l’augmenter, voire de le doubler, ce serait peut-être le moment de concrétiser cette évolution pour contribuer à l’atteinte des objectifs.

Pour plus de détails, cliquer sur Synthèses des propositions de l’Ademe pour la PPE : les filières EnR en action

Pour plus d’informations concernant l’Ademe et la PPE, cliquer ici

Pour consulter l’avis de l’Ademe sur l’autoconsommation, cliquer ici

*Ces propositions s’inscrivent aussi dans le scénario Visions 2030-2050 publié par l’Ademe.

, , , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This