Top Menu

L’année 2016, un très mauvais crû pour le PV en France !

Pour sa 21e édition, l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque publié par le think tank France Territoire Solaire (FTS) estime que, avec seulement 550 MW raccordé au réseau, l’année 2016 peut être considérée comme l’année avec le plus bas volume photovoltaïque observé depuis 2010 en France, lors du démarrage du solaire PV sur l’Hexagone ! Le think tank en tire des conclusions …

En France, le 4e trimestre a été marqué :
– par un volume de raccordement s’établissant à 108 MW, soit au même niveau qu’au trimestre précédent
et légèrement supérieur au 4e trimestre 2015 ;
– par une nouvelle baisse du volume dans le segment des installations résidentielles (jusqu’à 9 kW) à un niveau très faible, inférieur à 20 MW, alors que le marché oscillait jusqu’ici entre 20 et 30 MW par trimestre, cette baisse pouvant s’expliquer aussi par un plus grand nombre d’installations en autoconsommation sans injection ;
– par une nouvelle hausse du volume dans le segment des moyennes toitures (9 à 100 kW) qui, depuis son décrochage fin 2015, semble vouloir désormais s’établir entre 15 et 20 MW par trimestre ;
– par une baisse du volume dans le segment des grandes toitures (100 à 250 kW) où les puissances allouées par les vagues d’appels d’offres restent caractérisées par un taux d’abandon d’environ 40% ;
– par l’absence totale de raccordement sur le segment des très grandes toitures (250 kW à 1 MW) ;
– par une reprise du segment des grandes installations (1 MW et plus), où le volume raccordé a atteint 63 MW 4e trimestre.

La file d’attente est, elle, repartie à la hausse, notamment dans les segments concernés par les appels d’offres (grandes toitures et grandes installations).

« Ce piètre résultat annuel est le fruit d’éléments structurels tels que l’instabilité réglementaire vécue par la filière entre 2013 et 2014, la publication retardée des appels d’offres ou des lauréats, et peut-être les prémices du développement de l’autoconsommation, n’apparaissant pas dans les statistiques de raccordement. Le fait que les cahiers des charges des appels d’offres autorisaient jusqu’à récemment la candidature de projets n’ayant pas obtenu leur permis de construire conduit à des décalages de construction, voire des abandons purs et simples. Des éléments plus conjoncturels ont induit un report des volumes sur 2017, tels que les difficultés d’approvisionnement sur la technologie à concentration, ou des problèmes de mise au point des modules pour les projets lauréats entre fin 2015 et début 2016. L’année 2017 devrait donc voir les raccordements de nouveaux projets repartir à la hausse. Selon nos estimations, la barre de 1 GW de nouvelles installations devrait être atteinte. En ces temps électoraux, il est bon de rappeler que la stabilité structurelle des dispositions en matière de soutien est indispensable pour pérenniser les dynamiques de construction de projets, lesquelles stimulent l’industrie et l’économie essentiellement européenne de la filière photovoltaïque. », précise Antoine Huard, président du think tank.

A noter que, par ailleurs, l’année 2016 se confirme comme un « très grand millésime » au niveau mondial. Les premières statistiques commencent à paraître et certains analystes, comme l’Irena, ont annoncé récemment un volume photovoltaïque raccordé dans le monde de 71 GW en 2016, battant ainsi le record établi en 2015 avec 51 GW, et faisant de l’énergie solaire la première source d’électricité pour les nouvelles capacités installées, devant l’éolien, le charbon et l’ensemble des autres modes de production.

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This