Top Menu

L’Allemagne va expérimenter les appels d’offres combinant éolien et solaire

En Allemagne, le gouvernement vient de décider de préparer le lancement d’appels d’offres combiné pour l’éolien terrestre et le photovoltaïque, aussi dits « technologiquement neutres », avec une expérimentation pendant trois ans pour un volume annuel de 400 MW. Une ordonnance sera élaborée outre-Rhin à cet effet. En France, ce type d’appel d’offres est aussi dans les cartons du ministère en charge de l’énergie. La CRE vient en effet de délibérer sur un projet de cahier des charges avec, au final, un avis défavorable.

En Allemagne, les appels d’offres éolien+solaire devraient être expérimentés de 2018 à 2020. Cette phase permettrait d’analyser l’impact de tels appels d’offres, selon un communiqué de presse du gouvernement. « Nous souhaitons acquérir de l’expérience avec les appels d’offres combinant solaire et éolien, les résultats seront évalués et conditionneront l’évolution future », a ainsi souligné Rainer Baake, secrétaire d’état en charge de l’énergie.

L’avis de la CRE en France

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait émis un avis défavorable sur le projet de cahier des charges d’un appel d’offres portant sur la réalisation et l’exploitation d’installations de production d’électricité à partir d’énergie solaire photovoltaïque ou éolienne de 5 à 18 MW en métropole continentale. Le projet soumis par la ministre en charge de l’énergie Ségolène Royal devait porter sur un volume de 200 MW avec une seule période de candidature arrivant à échéance le 2 octobre 2017. Dans sa délibération du 20 avril dernier, la CRE avait demandé de renoncer à cet appel d’offres ou, à défaut, de modifier le cahier des charges sur plusieurs points. Ses principales propositions :

-une baisse substantielle de la puissance maximale recherchée, compte tenu de l’absence de retour d’expérience sur un tel appel d’offres bi-technologie, des effets indésirables en termes d’atteinte des objectifs de la politique énergétique et de coût d’intégration des énergies renouvelables au système électrique, et des volumes recherchés pour les périodes des appels d’offres spécifiques photovoltaïque et éolien concomitantes (500 MW chacune) ; pour la CRE, l’appel simultané de tels volumes serait de nature à diminuer la pression concurrentielle globale pour l’ensemble des appels d’offres concernés ;

-la suppression du prix plancher prévu de 40 euros/MWh en-deçà duquel l’offre est éliminée ; pour la CRE, l’appel d’offres a vocation à stimuler la concurrence pour inciter les candidats à proposer le prix le plus bas possible et le sérieux des candidats serait déjà garanti par la constitution d’une garantie financière d’exécution ;

-une mise en coïncidence de la durée des mécanismes de soutien avec la durée de vie technique des installations ; pour la CRE, les filières photovoltaïque et éolienne seraient caractérisées par des coûts d’exploitation relativement faibles et permettraient donc un fonctionnement au-delà de la durée du contrat fondé sur une rémunération exclusivement tirée de la vente de l’électricité sur le marché de gros, une rémunération additionnelle constituant, pour les exploitants, un surcroit de rentabilité par rapport à celle apportée par le soutien public … cet ajustement permettrait aussi le lissage des charges annuelles de service public de l’énergie, les porteurs de projet pouvant alors candidater avec des prix plus bas.

Pour consulter la délibération de la CRE, cliquer ici

*Dans son paquet Energie Climat, la Commission européenne préconise l’introduction de procédures d’appels d’offres technologiquement neutres à partir de 2018.

*

, , , ,

Top

Pin It on Pinterest

Share This

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!