Top Menu

En Bref : BASE, Reden Solar, Acofi Gestion, Neoen, Socotec

La société BASE, créée en 2009 et spécialisée dans les solutions solaires hybrides thermovoltaïques, vient de concrétiser sa levée de fonds d’un peu plus d’1,5 millions d’euros. Le fonds d’impact Aviva Impact Investing France, géré par Aviva France et INCO, et le fonds de co-investissement de la Région Nouvelle Aquitaine NACO rejoignent les actionnaires actuels de la société, accompagnés par des business angels et par la plateforme de crowdfunding éthique LITA (voir notre article). BASE a été accompagnée par Finergreen sur cette opération.

« Cette levée de fonds va nous permettre d’accélérer notre développement sur nos marchés cibles : l’efficacité énergétique des bâtiments, le séchage de fourrage et de bois énergie, ainsi qu’un nouveau marché pour l’entreprise, le séchage de déchets », indique Luc Milbergue, président de BASE. La société a développé la technologie Cogen’Air, un panneau solaire hybride thermovoltaïque pour lequel la société revendique une performance énergétique 4 fois supérieure à celle d’un panneau photovoltaïque standard. Le panneau Cogen’Air qui produit trois fois plus de chaleur que d’électricité est utilisé pour le séchage (fourrage, déchets, bois) et l’efficacité énergétique des bâtiments (apport de chaleur pour chauffer, renouveler l’air, produire de l’eau chaude ou rafraîchir). Après avoir prouvé son concept sur plus de 80 installations, BASE souhaite accroître son développement sur l’agriculture, les collectivités et la filière bois énergie.

Le développeur-concepteur-constructeur de centrales solaires et fabricant de modules Reden Solar a refinancé un portefeuille de 178 centrales photovoltaïques situées en France, représentant une puissance cumulée de 139 MWc, via le fonds Predirec EnR 2030 d’Acofi Gestion. Ce financement d’une durée de 15 ans porte sur un montant de 30 millions d’euros. Le fonds Predirec EnR 2030 est lbélisé Transition Energétique et Ecologique pour le Climat (TEEC), et permet des financements d’une maturité de 15 ans maximum, sécurisés par des centrales d’énergie renouvelable bénéficiant de contrats d’achat d’énergie à long terme. Il dispose d’une capacité d’investissement totale de 165 millions d’euros de capacité d’investissement et vise 200 millions d’euros d’engagements.

Plus globalement, Reden Solar a refinancé la majorité de ses actifs français avec la levée de 270 millions d’euros, auprès de la Société Générale et du Crédit Agricole avec la contribution de Bpifrance. La société a restructuré 92 emprunts historiques contractés auprès de 17 banques et concernant 150 centrales photovoltaïques en opération. Par ces opérations, Reden se donne les moyens d’accélérer son développement sur les marchés français et européens.

Neoen a finalisé le financement de Paradise Park, un projet de centrale photovoltaïque de 51 MWc en Jamaïque que la société détient majoritairement aux côtés de Rekamniar Frontier Ventures et MPC Caribbean Clean Energy Fund. Proparco et FMO apporteront la dette senior de l’actif dont le total d’investissement s’élève à 64 millions de dollars. Le projet avait été retenu lors d’un appel d’offres du bureau de régulation des services publics jamaïcain (Jamaican Office of Utilities Regulation (OUR)) auquel avaient répondu 19 candidats. Le site bénéficie d’un contrat d’achat de l’électricité produite d’une maturité de 20 ans auprès de la Jamaican Public Service Company, au tarif de 85 dollars/MWh. La construction de la centrale a déjà commencé. Sa mise en service devrait avoir lieu durant le premier semestre 2019.

Socotec, spécialisé dans la prévention des risques, a remporté un contrat de prestation pour les vérifications périodiques de la plus grande centrale photovoltaïque d’Europe, située à Cestas près de Bordeaux et inaugurée en 2015. L’accord a été signé avec la société Clemessy en charge de l’exploitation de la centrale pour le compte de Neoen, propriétaire du parc. Les vérifications portent sur près d’1 million de panneaux, 16542 tables, 3700 km de câbles électriques, près de 4000 tableaux électriques, 200 postes Haute Tension et un poste d’injection de 225 kV. La mission consiste à réaliser les vérifications périodiques réglementaires visant à sécuriser les installations de la centrale et de mener des inspections par thermographie infrarouge pour détecter les défauts pouvant entraîner une baisse de production. Les inspections des modules photovoltaïques seront effectuées à l’aide de drones. Cette technique permet, d’une part, d’intervenir beaucoup plus rapidement et de réduire les temps d’arrêt des installations et, d’autre part, de mener des investigations plus approfondies. Ce mode d’intervention doit ainsi permettre de générer des gains de productivité significatifs.

, , , , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This