Top Menu

De l’énergie solaire à plus de 2300 mètres d’altitude en Iran

En Iran, un cimentier s’est équipé d’une centrale photovoltaïque de 1,5 MW, sur un site à 2300 mètres d’altitude à Shahrekord, dans l’Ouest du pays, pour lequel Fronius a fourni des onduleurs fonctionnant à des températures entre -40°C et +60°C.

La centrale PV de Shahrekord affiche un rendement énergétique de près de 3000 MWh pour une année d’exploitation, à savoir 2953 MWh plus exactement. « Ce projet est unique selon plusieurs aspects. L’énergie générée n’est pas la seule caractéristique », souligne Benjamin Fischer, responsable régional des ventes de Fronius Solar Energy. En plus de la très haute altitude dans une région aussi appelée le « Toit de l’Iran », le site affiche en effet aussi de grandes variations de température, avec des étés très chauds et des hivers rudes. Les températures peuvent donc atteindre -10°C en hiver et jusqu’à +50°C en été. Le fabricant autrichien Fronius a fourni les onduleurs pour cette installation, des modèles Symo 76 particulièrement robustes, capables de fonctionner à des températures entre -40 et +60°C. L’électricité produite par la centrale PV est injectée sur le réseau électrique. L’exploitant est aussi équipé du portail d’analyse Fronius Solar.web, ce qui lui permet de surveiller son installation et d’analyser les données même à distance.

L’Iran est un pays avec un potentiel solaire important*. Le gouvernement actuel est favorable au déploiement de centrales photovoltaïques. Il a mis en place un dispositif d’aides avec un tarif d’achat pour inciter des entreprises et des particuliers à investir dans les énergies renouvelables. Selon le site One Step off the Grid, l’exploitant de la centrale de Shahrekord, qui aurait représenté un investissement de 1,2 millions d’euros, bénéficierait ainsi d’un revenu annuel de 340000 euros. Fronius est présent sur ce marché depuis 2016, et a déjà installé ses onduleurs sur des centaines de générateurs solaires de 5 à 20 kWc, quelques systèmes de 100 kWc ainsi qu’une grande centrale PV de 2 MWc, en plus de celle de 1,5 MWc de Shahrekord.

*Selon les résultats d’un atelier qui s’était déroulé à l’occasion d’Intersolar 2016 sur l’initiative des sociétés de conseil Roland Berger et Eclareon, l’Iran représenterait un marché très porteur pour le photovoltaïque. Eclareon avait publié une étude sur le potentiel PV de l’Iran fin 2015, qui détaillait notamment le dispositif des tarifs d’achats (voir ici), encore considérés comme incitatifs par les analystes malgré des baisses depuis 2015. Pour plus d’informations, cliquer ici

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This