Top Menu

Armor étend sa coopération avec Electriciens sans frontières

Déjà partenaire d’Electriciens sans frontières depuis un an, Armor, créateur du film photovoltaïque ASCA, intensifie maintenant cette coopération en mettant en place une expérimentation dans le domaine éducatif inédite pour l’association : deux kits mobiles solaires constitués d’un nouveau type de chargeur et d’une lampe choisie pour sa compacité et sa légèreté ont été mis à la disposition des enseignants et des élèves de l’école de Al Ka’Abneh près de Jéricho en Palestine. D’autres projets sont en gestation, toujours avec le même objectif consistant à apporter l’électricité là où le besoin s’en fait sentir, y compris dans des actions de post-urgence lors de catastrophes climatiques.

Le partenariat signé il y a un an visait à lutter contre la précarité énergétique, avec le reversement de plus d’un euro à l’association pour chaque vente de l’un des produits solaires Beautiful Light Factory d’Armor. Le 6 février dernier, Hubert de Boisredon, président-directeur général d’Armor, a donc remis à Jean-Pierre Cerdan, secrétaire général d’Electriciens sans frontières, le chèque correspondant à la somme reversée à partir des ventes en 2017. Le montant de ce chèque permettra d’éclairer l’équivalent de sept salles de classe pendant un an ou de trois centres de santé sur la même durée.

Armor a concrétisé son engagement sur le terrain en novembre 2017, à travers ce projet éducatif pour Electriciens sans frontières en Palestine. Les kits mobiles d’énergie sont mis à la disposition des enseignants et des élèves. Ces derniers peuvent recharger la lampe pendant la journée pour la rapporter chez eux après l’école afin de pouvoir lire, faire les devoirs et aussi en faire profiter toute la famille. Cette démarche permet de donner toutes les chances de réussite aux écoliers, tout en impliquant aussi leurs parents. « L’expérimentation dans cette école d’un village de Bédouins privés d’électricité montre la nécessité d’apporter une technique innovante pour l’éducation des enfants, et d’améliorer les conditions de vie locale des familles », souligne Jean-Yves Retière, délégué régional d’Electriciens sans frontières pour les Pays de la Loire. Les retours d’expérience de ce projet pilote sont positifs. « Rechargée en 4 heures au soleil, la lampe permet d’éclairer le travail des enfants et, plus largement, d’animer la vie de famille pendant 8 heures. Cette dimension sociale est très importante dans le désert ! », note Jean-Yves Retière. L’accès à l’énergie solaire est en effet un moyen indispensable au développement et à l’éducation, estiment les deux partenaires. Leur objectif consiste maintenant à étendre cette action pilote à d’autres établissements scolaires, que ce soit au Moyen-Orient ou en Afrique.

Armor bénéficie aussi du retour d’expérience. « Je suis admiratif de l’engagement des bénévoles Electriciens sans frontières et des équipes enseignantes qui travaillent sur le terrain dans des conditions difficiles. La confiance qu’ils nous accordent nous pousse à améliorer nos produits, pour qu’ils répondent le plus possible aux besoins du terrain. Cette expérimentation permet à nos kits de gagner en polyvalence en s’adaptant aux conditions réelles d’usage », témoigne ainsi François Barreau, responsable du projet chez Armor.

Rappelons qu’Armor s’est lancé dans l’aventure industrielle du film photovoltaïque en visant le développement de réponses concrètes à des enjeux de société : sécuriser les biens et les personnes par la traçabilité des produits, réduire l’empreinte environnementale de l’impression en proposant des consommables ingénieux et responsables, accroître la sécurité, les performances et la durée de vie des batteries, et apporter l’énergie au plus grand nombre. Pour son projet,la société mise sur l’innovation avec, notamment, un plan de 100 millions d’euros d’investissement sur la période 2014-2018 (voir également notre article). Dès 2010, Armor a estimé que la technologie PV la plus courante, celle à base de silicium, ne pouvait répondre à toutes les applications. Le défi d’élargir le champ des usages possibles avec une technologie très bas carbone et industrialisée en France a porté ses fruits avec la création du film solaire ASCA.

*Les projets de développement menés par Electriciens sans frontières sont essentiellement des projets d’électrification, avec 80% des actions aux côtés de communautés rurales isolées qui souffrent de mauvaises conditions de vie, souvent aggravées par les effets du réchauffement climatique. A défaut d’un accès à l’électricité, ces communautés ont recours à diverses sources coûteuses et mauvaises pour la santé et l’environnement (piles jetables, pétrole, bougies, bois). Les projets d’Electriciens sans frontières privilégient les structures collectives, qu’elles soient éducatives (école, centre de formation), sanitaires (dispensaire, puits), économiques (marché, coopérative) ou sociales (orphelinat, place publique). Lors d’une catastrophe naturelle ou d’un conflit, l’association travaille toujours en coordination avec les autorités et associations locales pour identifier les besoins les plus urgents et agir efficacement avec les populations sinistrées. Elle se rapproche également d’autres ONG présentes pour répondre à leurs besoins en électricité et ainsi mutualiser leurs compétences.

, , , ,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

JE M'INSCRIS A LA NEWSLETTER

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This