Top Menu

Allemagne : arrêter 20 centrales à charbon polluantes, c’est possible !

Depuis l’annonce de sa sortie du nucléaire, l’Allemagne est souvent pointée du doigt pour ses émissions de CO2 et le fossé à combler pour atteindre ses objectifs climatiques, voire critiquée pour sa transition énergétique*. Une analyse d’Agora Energiewende** estime maintenant que notre voisin d’outre-Rhin pourrait mettre à l’arrêt 20 centrales au charbon parmi les plus anciennes et les plus polluantes, d’une puissance totale de 8,4 GW tout de même, sans mettre en danger la sécurité d’approvisionnement. Mais pour attendre les objectifs climatiques fixés pour 2020, il faudrait aussi redonner un coup de pouce aux énergies renouvelables, notamment à l’éolien et au solaire.

Les exportations d’électricité de l’Allemagne ne cessent de croître !

Un constat : en 2016, les émissions de CO2 de l’Allemagne étaient inférieures de 28% au niveau atteint en 1990. L’année 2017 afficherait toutefois une légère remonte. Sans nouvelles mesures climatiques, l’objectif 2020 d’une baisse de 40% comparé à 1990 ne pourrait donc pas être atteint. La courbe s’infléchirait en effet pour aboutir à -32% à cette date. L’écart entre l’objectif et la réalité se chiffrerait autour de 100 millions de tonnes de CO2.

La solution : agir sur le levier sensible, à savoir le charbon. De fait, 80% des émissions de CO2 produites par la génération d’énergie proviennent des centrales à charbon, les centrales fonctionnant au lignite produisant à elles seules plus de CO2 que le secteur des transports. La mise hors service des 20 centrales au charbon les plus polluantes d’ici au 1er janvier 2020 représenterait une puissance de 8,4 GW. S’y ajouteraient encore 2,7 GW du fait de l’arrêt déjà programmé d’autres centrales au charbon, ainsi que 10,8 GW de centrales nucléaires d’ici à fin 2022. Soit une réduction de puissance non négligeable.

Analyse d’Agora : même une telle réduction de puissance n’impacterait pas la sécurité d’approvisionnement. Les analystes ont en effet actualisé les bilans énergétiques des réseaux de transport de l’électricité et les ont extrapolé à l’horizon 2020, voire 2023 (donc postérieure à l’arrêt des dernières centrales nucléaires).

Pourquoi : l’Allemagne est exportateur net d’électricité. En 2016, sa production d’électricité a atteint 648 TWh pour une consommation de 595 TWh. Les 54 TWh restants (soit 8% de la production) ont été exportés vers la France, les Pays-Bas et l’Autriche (et de ce pays aussi vers l’Italie). En 2017, l’excédent devrait monter à 10% de la production, et ce à cause de la continuité de la production d’électricité par des centrales au charbon, en plus de la hausse des sources d’énergies renouvelables. Or, le maintien en activité de ces centrales au charbon condamne à l’arrêt des centrales au gaz en Autriche, aux Pays-Bas et en Italie. La disparition de 8,4 GW de centrales au charbon en Allemagne conduirait donc tout naturellement à réduire cet excédent de moitié. Avec l’arrêt des dernières centrales nucléaires, le pays renouerait avec un bilan électrique équilibré avec les pays voisins (au plan importations/exportations). Et pour continuer à assurer l’approvisionnement, il faudrait relancer les énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse), avec des volumes d’appels d’offres conséquents. Mais, sur ce point, Agora Energiewende reste avare de chiffres.

*France Stratégie, laboratoire d’idées public, avait ainsi dévoilé cet été une note d’analyse intitulée « Transition énergétique allemande : la fin des ambitions ? » qui concluait que l’Allemagne était en passe de manquer les objectifs de sa transition énergétique lancée en 2011, malgré un exceptionnel développement de ses énergies renouvelables.

**Agora Energiewende est une initiative commune à la Fondation Mercator et à la Fondation Européenne pour le Climat.

Pour plus d’informations sur l’analyse d’Agora Energiewende, consulter le document (en allemand)

,

Top

ALLEZ A L'ESSENTIEL !

Recevez notre newsletter par email  

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This